MONROVIA

Capitale du Liberia, Monrovia est la seule grande ville du pays. Fondée en 1822 par l'installation d'un premier groupe d'esclaves libérés (les settlers américains), elle n'a connu qu'une croissance tardive ; de 45 000 habitants en 1956 elle est passée à 100 000 en 1967 et 208 600 en 1978. On ne connaît pas le chiffre de sa population à la suite de la guerre civile de 1990 à 2005. Le moteur de cette croissance a été la création d'un port franc.

Liberia : carte administrative

carte : Liberia : carte administrative

carte

Carte administrative du Liberia. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

Le site de l'agglomération est une étroite bande sableuse isolée de l'intérieur par la mangrove et soumis à une très forte pluviométrie (4,9 m/an). Elle s'étire sur une quinzaine de kilomètres, de part et d'autre du noyau commercial localisé au cap Mesurado, paysage typiquement vieux-colonial d'où émergent quelques rares constructions modernes. Au nord, Bushrod Island regroupe port, établissements industriels (raffineries de pétrole, industrie pharmaceutique, textile, brasserie, scieries), et quartiers pauvres : Logan Town, New Kru Town, entre autres. Vers l'est s'est formé un quartier résidentiel plus aisé, celui de Sinkor, et la zone bâtie se prolonge jusqu'à Congo Town. L'aéroport international de Roberts est à 60 kilomètres. La ville a souffert de la guerre civile, elle est devenue un centre d'accueil des réfugiés. De nombreux bâtiments et installations industrielles ont été détruits.

—  Pierre VENNETIER

Écrit par :

  • : professeur émérite à l'université de Bordeaux-III, directeur de recherche honoraire au C.N.R.S.

Classification

Autres références

«  MONROVIA  » est également traité dans :

LIBERIA

  • Écrit par 
  • René OTAYEK
  • , Universalis
  •  • 5 445 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Histoire »  : […] La naissance du Liberia contemporain est indissociable de la fondation de Monrovia par les premiers colons ( settlers ) américains. Mais l'histoire des sociétés autochtones est bien antérieure à cet événement. Dès le xv e  siècle, les Portugais jetaient l'ancre au large de cap Mesurado sur lequel, trois siècles et demi plus tard, les settlers américains allaient édifier Monrovia. Ce sont les Portu […] Lire la suite

Les derniers événements

Liberia. Élection contestée d'Ellen Johnson Sirleaf à la présidence. 8-11 novembre 2005

est de 59,3 p. 100. George Weah, arrivé largement en tête au premier tour, le 11 octobre, dénonce des fraudes. Ellen Johnson Sirleaf est la première femme élue à la présidence d'un État africain. Le 11, à Monrovia, des incidents éclatent lors d'une manifestation des partisans de George Weah, pour la plupart des enfants-soldats de la guerre civile. […] Lire la suite

Liberia. Mise en place d'un gouvernement de transition. 1er-24 août 2003

(L.U.R.D.) annoncent leur intention de se retirer des abords de la capitale – qu'ils assiègent depuis juillet – dès l'installation des soldats de l'Ecomil. Le 7, la force ouest-africaine entre dans Monrovia en liesse. Le 10 est diffusée une allocution du président Charles Taylor qui déclare: « Je […] Lire la suite

Liberia. Départ annoncé de Charles Taylor et reprise des combats. 3-21 juillet 2003

Le 3, Washington, sollicité pour intervenir dans le pays en proie à la guerre civile, conditionne l'envoi de troupes américaines au départ du président Charles Taylor. Le 6, le président nigérian Olusegun Obasanjo vient à Monrovia « inviter » le président Taylor à se réfugier au Nigeria, où il se […] Lire la suite

Liberia. Combats et pression internationale en faveur de la paix. 4-28 juin 2003

d'avoir soutenu la rébellion du Front révolutionnaire uni. Le 8, le principal mouvement rebelle, les Libériens unis pour la réconciliation et la démocratie (L.U.R.D.), dirigé par Sekou Damate Conneh, qui contrôle une grande partie du pays et assiège Monrovia depuis le 5, lance un ultimatum […] Lire la suite

Liberia. Reprise des combats entre factions rivales. 6-19 avril 1996

Le 6, des affrontements accompagnés de pillages éclatent à Monrovia, au lendemain de la décision du Conseil d'État – la présidence collégiale du pays – de faire arrêter Roosevelt Johnson, chef de la branche krahn du Mouvement uni de libération (Ulimo-k), afin de le traduire en justice à la suite […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre VENNETIER, « MONROVIA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 juin 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/monrovia/