MOÏSE DE LEÓN MOÏSE BEN SHEM TOB dit (1240-1305)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Kabbaliste espagnol, Moïse Ben Shem Tob de León est l'auteur de la majeure partie du Zohar ; il fut d'abord attiré par la philosophie, comme en témoigne un manuscrit du Guide des égarés de Maïmonide qui fut copié pour lui en 1264. Par la suite, il se familiarise aussi bien avec les traditions kabbalistiques de Gérone qu'avec la tendance gnostique représentée par Moïse de Burgos et Todros Abulafia. Il entretient des relations particulièrement étroites avec Joseph Giqatilia dans les années 1270-1286.

Mû par son enthousiasme à l'égard des doctrines théosophiques et par le sentiment qu'il fallait contrecarrer les tendances rationalistes qui se développaient dans le judaïsme espagnol, Moïse de León rédigea diverses œuvres pseudépigraphiques destinées à propager les doctrines de la Kabbale. C'est le cas du Midrash ha-Neelam (Le Midrash mystique) et de la plus grande partie du Zohar, rédigés entre 1270 et 1300. C'est aussi le cas d'autres traités pseudépigraphiques portant sur l'éthique et l'eschatologie de l'âme et intitulés Testament de Rabbi Eliezer ou encore 'Orhōt Hayyim (Les Chemins de la vie).

Moïse résida pendant ces années de diffusion du Zohar, au moins jusqu'en 1291, à Guadalajara. Après 1292, il voyagea beaucoup et finit par s'établir à Ávila. Il rencontra peu avant sa mort, à Valladolid, Isaac ben Samuel d'Acre et l'invita pour lui montrer le manuscrit original du Zohar, mais, avant son retour, Moïse de León tomba malade et mourut à Aravelo.

Il composa de nombreuses autres œuvres en hébreu, sous son propre nom. Deux ouvrages seulement ont été imprimés : Ha Nefesh ha-Hakomah (L'Âme intelligente), réédité à Bâle en 1608, et Shekel ha-Qodesh, publié à Londres en 1912. D'autres œuvres importantes subsistent sous forme de manuscrits : le Shoshan ‘Edūt, le Sefer ha-Rimmon (sur les motifs des préceptes), le Mishkan ha-Edūt (sur l'eschatologie et le char d'Ézéchiel).

Toutes ces œuvres, qui font souvent des allusions transparentes à l'opus majus, sont fondées sur les mêmes sources que le Zohar et peuvent être considérées comme fournissant la plus authentique exégèse des doctrines qui se trouvent formulées dans celui-ci.

—  Roland GOETSCHEL

Écrit par :

  • : professeur des Universités, directeur du département d'études hébraïques et juives de l'université de Strasbourg-II, professeur associé à l'Université libre de Bruxelles

Classification


Autres références

«  MOÏSE DE LEÓN MOÏSE BEN SHEM TOB dit (1240-1305)  » est également traité dans :

JOSEPH IBN GIQATILIA (1248-1325)

  • Écrit par 
  • Roland GOETSCHEL
  •  • 289 mots

Kabbaliste espagnol, né à Medinaceli en Castille, Joseph ben Abraham Giqatilia passa de nombreuses années à Ségovie. Entre 1272 et 1274, il étudie auprès d'Abraham Abulafia, et son premier ouvrage, 'Ginnat Egōz ( Le Verger des noyers ), rédigé en 1276, porte l'empreinte de la kabbale prophétique et extatique de son premier maître. Il s'agit d'une introduction au symbolisme mystique de l'alphabet, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/joseph-ibn-giqatilia/#i_32068

KABBALE

  • Écrit par 
  • François SECRET, 
  • Gabrielle SED-RAJNA
  •  • 7 274 mots

Dans le chapitre « Le « Sefer ha-zohar » »  : […] Vers la même époque, entre 1260 et 1280, s'élabore le document littéraire fondamental de la kabbale d'Espagne, le Livre des splendeurs ( Sefer ha-zohar ). Diffusée sous la forme d'un assemblage pseudépigraphe d'homélies mystiques attribuées à des autorités talmudiques, cette œuvre fut restituée par la critique moderne à son auteur véritable, le kabbaliste Moïse de León, grâce à une comparaison ph […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kabbale/#i_32068

LIVRE DE LA SPLENDEUR, KABBALE JUIVE

  • Écrit par 
  • Gérard NAHON
  •  • 223 mots

À côté de la Torah et du Talmud axés sur les aspects juridiques et moraux, enseignés publiquement dans les académies, un courant mystique réservé à des initiés se développe à partir de la fin du second temple (70) et durant le Moyen Âge : la Kabbale ou tradition. Des cénacles kabbalistes œuvrent au xii e  siècle dans le bas Languedoc avant de passer en Catalogne, autour d'Isaac l'Aveugle puis d'Ez […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/livre-de-la-splendeur-kabbale-juive/#i_32068

ZOHAR LE

  • Écrit par 
  • Roland GOETSCHEL
  •  • 513 mots

Le plus important des ouvrages de la littérature kabbalistique, le Zohar se présente sous la forme d'une collection de livres qui incluent des énoncés midrashiques brefs, mais aussi des développements homilétiques et des discussions sur tel ou tel sujet particulier. Il ne s'agit pas d'un livre, mais plutôt d'un corpus d'œuvres qui, dans les éditions imprimées, se répartissent en cinq volumes. Les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-zohar/#i_32068

Pour citer l’article

Roland GOETSCHEL, « MOÏSE DE LEÓN MOÏSE BEN SHEM TOB dit (1240-1305) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 janvier 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/moise-de-leon-moise-ben-shem-tob-dit-1240-1305/