MOHAMMED VI (1963- ) roi du Maroc (1999- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

En juillet 1999, à la mort du roi Hassan II, qui a régné sur le Maroc pendant trente-huit ans, son fils aîné, le prince héritier Sidi Mohammed, devient, sous le nom de Mohammed VI, le dix-huitième souverain du royaume chérifien.

Mohammed VI, roi du Maroc

Photographie : Mohammed VI,  roi du Maroc

Le roi du Maroc Mohammed VI en 2013. 

Crédits : Didier Baverel/ WireImage/ Getty Images

Afficher

Mohammed VI est né le 21 août 1963 à Rabat. Quand il a quatre ans, son père le fait entrer à l'école coranique du Palais royal. Il poursuit des études secondaires au collège royal, où il passe son baccalauréat en 1981. En 1985, il obtient sa licence en droit (son père est aussi licencié en droit) et présente ensuite à la faculté des sciences juridiques, économiques et sociales de Rabat un mémoire sur L'Union arabo-africaine et la stratégie du royaume du Maroc en matière de relations internationales. Dès la fin des années 1970, Sidi Mohammed représente son père dans certaines occasions et accomplit diverses missions. Ainsi, en septembre 1983, il préside la délégation marocaine aux travaux du comité de mise en œuvre de l'Organisation de l'unité africaine (O.U.A.) sur le Sahara, à Addis-Abeba.

Son rôle devient de plus en plus important. Le 26 novembre 1985, le prince héritier est nommé par le roi coordonnateur des bureaux et services de l'état-major général des Forces armées royales. Le 29 octobre 1993, à l'université de Nice, Sidi Mohammed obtient le grade de docteur en droit en soutenant une thèse sur La Coopération entre la Communauté économique européenne et l'Union du Maghreb arabe. C'est dans le cadre de la préparation de ce doctorat qu'il accomplit un stage de plusieurs mois, en 1988, dans le cabinet de Jacques Delors, président de la Commission des Communautés européennes. Tout au long des années 1990, le futur roi préside régulièrement des manifestations liées aux relations entre l'Union européenne et la Méditerranée.

Le 30 juillet 1999, dans son premier discours, le nouveau souverain promet de consolider l'expérience d'alternance politique que connaît le pays depuis 1998, en maintenant le socialiste Abderrahmane Youssoufi au poste de Premier ministre. Ses promesses ont rassuré l'opinion publique marocaine, qui attend leur réalisation concrète, sans oublier celle faite aux femmes marocaines d'améliorer leur condition. Le jeune roi relance les chantiers tels que l'assainissement de l'administration, le renforcement de l'État de droit et des libertés publiques, le combat contre la corruption, la défense des droits de l'homme. C'est sur ce terrain que les mesures sont les plus spectaculaires : dès septembre 1999, retour de l'opposant Abraham Serfaty puis, en novembre, des enfants du leader de l'opposition assassiné, Mehdi Ben Barka, mise en place d'une commission chargée d'indemniser les victimes de tortures, libération du leader islamiste cheikh Yassine en mai 2000. Le limogeage du tout-puissant ministre de l'Intérieur, Driss Basri, en novembre 1999, est bien accueilli par l'opinion publique marocaine. La première tournée du jeune souverain dans le nord déshérité du pays, le Rif, en octobre 1999, montre qu'il entend donner une impulsion économique et politique à toutes les régions du Maroc.

En outre, le roi plaide la cause de son pays à l'extérieur. De l'Arabie Saoudite à l'Espagne, à l'Italie, pour négocier la transformation de la dette du Maroc envers Rome en investissements directs (mars 2000), puis à l'Égypte, pour assister au sommet euro-africain en avril 2000 (après avoir réussi à écarter le front Polisario de cette grande manifestation), Mohammed VI montre qu'il a beaucoup appris de son père en matière de politique internationale, que ce soit pour la diversification des partenaires ou dans le choix des relations stratégiques. Dans ce contexte, en faisant de la France la destination de sa première sortie officielle, en mars 2000, Mohammed VI marque sa préférence, et se rend ensuite aux États-Unis (juin 2000). Le Maroc compte sur la France pour forcer les portes de l'Union européenne et régler ainsi les questions touchant à son agriculture, à la pêche ou aux problèmes migratoires (les visas).

« M 6 », comme l'appelle la jeunesse marocaine, fait une grande partie du travail que le gouvernement devrait en principe effectuer. Le roi veut faire comprendre à la classe politique marocaine que l'économie pourrait devenir aussi une des « chasses gardées » du Palais, si la situation dans ce domaine ne sortait pas de l'immobilisme [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  MOHAMMED VI (1963- ) roi du Maroc (1999- )  » est également traité dans :

MAROC

  • Écrit par 
  • Raffaele CATTEDRA, 
  • Myriam CATUSSE, 
  • Fernand JOLY, 
  • Luis MARTINEZ, 
  • Jean-Louis MIÈGE
  • , Universalis
  •  • 20 335 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « Vers l'alternance gouvernementale »  : […] Au tournant des années 1990, le champ politique semble s'ouvrir. Alors que l'Union socialiste des forces populaires (U.S.F.P.), séparée de l'U.N.F.P. depuis 1975, crée la Confédération démocratique des travailleurs (C.D.T.) en 1978, le Palais et cette nouvelle opposition négocient un modus vivendi. Ce rapprochement a lieu dans le contexte des grandes manifestations qui agitent le royaume en 1990 c […] Lire la suite

Pour citer l’article

Benjamin STORA, « MOHAMMED VI (1963- ) roi du Maroc (1999- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/mohammed-vi/