KHATAMI MOHAMAD (1943- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Président iranien de 1997 à 2005.

Fils d'un professeur de religion réputé, Mohamad Khatami, né le 29 septembre 1943 à Ardakan, suit les cours d'une madrasa de la ville sainte de Qom – où il enseignera lui-même plus tard. Il est également diplômé en philosophie des universités d'Ispahan et de Téhéran, deux établissements laïques, ce qui est inhabituel pour un religieux chiite. Khatami a le titre d'hodjatoleslam – théologien – dans la hiérarchie religieuse, et porte le turban noir des descendants directs du prophète Mahomet.

Mohamad Khatami, janvier 1998

Photographie : Mohamad Khatami, janvier 1998

Le président iranien Mohamad Khatami et la correspondante de C.N.N. en Iran, avant une interview diffusée le 7 janvier 1998. Khatami exprime sa volonté d'ouverture entre Téhéran et Washington, allant même jusqu'à présenter (indirectement) des excuses pour l'affaire de la prise d'otages à... 

Crédits : PA Photos

Afficher

Au cours des décennies de 1960 et de 1970, Khatami se forge la réputation d'opposant au régime de Muhammad Reza, shah d'Iran depuis 1941. Exilé, il est nommé, en 1978, à la tête du centre islamique de Hambourg (Allemagne). L'année suivante, après la révolution islamique et le renversement du shah, il est élu au Majlis, le Parlement iranien. Durant les années 1980, il occupe divers postes gouvernementaux, dont celui de ministre de la Culture et de l'Orientation islamique. Il exercera de nouveau cette fonction au début des années 1990 ; il sera obligé de démissionner, en 1992, pour excès de tolérance concernant l'expression d'opinions non islamiques. Il prend alors la direction de la Bibliothèque nationale et devient conseiller du président Ali Akbar Hachemi Rafsandjani.

Khatami est l'un des quatre candidats à l'élection présidentielle du 23 mai 1997, et le plus modéré sur les questions sociales. Il est élu avec près de 70 p. 100 des suffrages grâce au soutien des jeunes, des femmes et des intellectuels. Certains des modérés qu'il nomme dans son gouvernement sont controversés, mais finalement investis par le Majlis dominé par les conservateurs et leur chef, l'ayatollah Ali Khamenei. Les tensions montent toutefois entre le président et les conservateurs : à partir de 1998, nombre de partisans de Khatami sont l'objet de harcèlement et de poursuites en justice. Tandis que le chef de l'État réformateur prône le rapprochement avec les États-Unis et la normalisation des relations diplomatiques avec plusieurs pays européens, l'opposition conservatrice entrave toute politique en ce sens. Ayant obtenu la majorité des sièges au Majlis en février 2000, les modérés sont plébiscités par la population pour poursuivre leurs réformes. Khatami est réélu le 8 juin 2001, à une majorité écrasante (77 p. 100 des suffrages). Ne pouvant constitutionnellement briguer un troisième mandat, il quitte ses fonctions après l'élection du 24 juin 2005 qui installe à la tête du pays l'ultraconservateur Mahmoud Ahmadinejad. Il annonce sa candidature à l'élection présidentielle de 2009, mais se retire rapidement pour soutenir le candidat réformiste Mir Hossein Moussavi. Il prend part activement aux mouvements d'opposition qui contestent la réélection du président Ahmadinejad.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Classification

Autres références

«  KHATAMI MOHAMAD (1943- )  » est également traité dans :

IRAN - Histoire et politique

  • Écrit par 
  • Christian BROMBERGER, 
  • Robert MANTRAN
  • , Universalis
  •  • 22 385 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « La présidence Khatami, un nouveau printemps iranien ? »  : […] Le mécontentement, les aspirations au déverrouillage de la société iranienne aboutirent, le 23 mai 1997, à l'élection à la présidence de la République de l' hojjat ol-eslām réformateur Mohamad Khatami, qui avait été évincé du ministère de la Culture et de l'orientation islamique pour excès de libéralisme en 1992. Khatami reçut le soutien de mouvements et de courants très disparates (déçus de l' […] Lire la suite

ROHANI HASSAN (1948- )

  • Écrit par 
  • Fariba ADELKHAH
  •  • 1 234 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L’élection à la présidence de la République »  : […] Après l’arrivée au pouvoir du néoconservateur Mahmoud Ahmadinejad, en 2005, il prend la direction du Centre d’études stratégiques du Conseil du discernement que préside Ali Akbar Hachemi Rafsandjani, son mentor depuis les années 1970. Hassan Rohani est donc un reconstructeur plutôt qu’un réformateur, en dépit de ses affinités avec Mohammad Khatami sur le plan religieux. Dans les années 1980, il j […] Lire la suite

Les derniers événements

14 juin 2013 Iran. Élection de Hassan Rohani à la présidence

Tandis que les candidats conservateurs demeuraient divisés, notamment sur la question du nucléaire et des relations avec l'Occident, Hassan Rohani a bénéficié du soutien des anciens présidents Mohamad Khatami et Ali Akbar Hachemi Rafsandjani, du retrait en sa faveur de l'ancien premier vice-président réformateur Mohammad Reza Aref, ainsi que de la critique du bilan, notamment économique, du président sortant Mahmoud Ahmadinejad. […] Lire la suite

11-21 mai 2013 Iran. Invalidation de la candidature d'Ali Akbar Hachemi Rafsandjani à l'élection présidentielle

Il est soutenu par l'ancien président Mohamad Khatami. Deux autres figures de l'opposition, Mehdi Karoubi et Mir Hossein Moussavi, assignés à résidence, ne peuvent participer au scrutin. En juin 2009, la réélection contestée de Mahmoud Ahmadinejad avait été suivie d'une répression meurtrière de l'opposition. Le 21, le Conseil des gardiens de la Constitution, organe chargé de contrôler les candidatures, invalide notamment celles d'Ali Akbar Hachemi Rafsandjani et d'Esfandiar Rahim Mashaie, chef de cabinet et bras droit du président Mahmoud Ahmadinejad qui ne peut se présenter à un troisième mandat, éliminant de la sorte les deux candidats les plus menaçants pour l'autorité du Guide suprême Ali Khamenei. […] Lire la suite

7-30 décembre 2009 Iran. Radicalisation de la contestation face à la répression gouvernementale

Le 28, une nouvelle vague d'arrestations dans les rangs de l'opposition touche principalement les proches de l'ancien président réformateur Mohamad Khatami et de Mir Hossein Moussavi, ainsi que les journalistes et les militants des droits de l'homme. Le 30, le gouvernement appelle à des contre-manifestations afin d'« humilier » ceux qui ont critiqué la répression des mouvements contestataires. […] Lire la suite

1er août - 3 septembre 2009 Iran. Investiture du président Mahmoud Ahmadinejad sur fond de procès des opposants

Le 18, il est rejoint par Mehdi Karoubi, candidat malheureux lui aussi à l'élection de juin, et par l'ancien président Mohamad Khatami. Le 19, le président Ahmadinejad présente son nouveau gouvernement dans lequel figurent, ce qui constitue une première, trois femmes. Le vice-président du Parlement estime que « près de cinq ministres proposés par Ahmadinejad n'obtiendront pas le vote de confiance ». […] Lire la suite

1er-30 juillet 2009 Iran. Poursuite de la contestation contre la réélection du président Mahmoud Ahmadinejad

Le 30 également, l'ex-président réformateur Mohamad Khatami dénonce les « crimes » commis contre les détenus à la suite de l'annonce du décès de quatre manifestants en prison. Le grand ayatollah dissident Hossein Ali Montazeri avait exprimé la veille la même opinion.  […] Lire la suite

Pour citer l’article

« KHATAMI MOHAMAD (1943- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/mohamad-khatami/