MILOSZ OSCAR VLADISLAS DE LUBICZ- (1877-1939)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le surgissement à notre époque de ce poète lituanien de langue française, qui fait songer à la fois à Nerval, à Verlaine et à Claudel, ressemble à celui d'une comète : venu d'ailleurs, vivant à l'écart du monde et des modes littéraires, on dirait un romantique égaré entre la fin du symbolisme et les débuts du surréalisme. Nourri de Dante, de Goethe, de Byron et de Poe, féru d'illuminisme, d'alchimie, de Kabbale, ses vrais héros sont Faust et Salomon ; cette constellation de noms suffit à le placer hors du temps, surtout hors de notre temps. Mais sa démarche, dont l'unité réside dans le « pèlerinage aux sources », lui permet d'être un contemporain de toutes les époques : il a cherché passionnément, à travers tous les livres des sages qui passent pour fous, à travers tous les mythes comme à travers tous les langages, le secret de la souffrance et de la noblesse de l'homme ; il a même rêvé d'être un nouvel Adam.

Sous le signe de l'exil

Oscar Vladislas naît à Czereïa, dans l'actuelle Biélorussie, où les Lubicz-Milosz possèdent trente mille hectares de terres. La forme polonaise de leur nom ne doit pas faire illusion : on est en territoire russe, mais, si les paysans utilisent la langue balte, la gouvernante est française, et à la maison on parle aussi bien l'anglais que l'allemand ; l'enfant n'a même pas de langue maternelle. Sa grand-mère était une cantatrice italienne, sa mère est fille d'un rabbin de Varsovie : pour être noble, il n'est pas de « race pure ». Il choisira de n'écrire qu'en français – signant O. V. de L. Milosz – et s'enracinera dans une Lituanie plus ou moins mythique.

En 1889, Milosz s'installe à Paris, qui restera son port d'attache (il est naturalisé français en 1931) : ce cosmopolite fait de fréquents voyages à travers l'Europe ; sans cesse en quête d'ailleurs, il déménage continuellement, avant de finir ses jours à Fontainebleau, le 2 mars 1939.

Au sortir du lycée Janson-de-Sailly, il apprend l'hébreu et s'intéresse à l'épigraphie sémitique, mais, très vite, la littérature, puis la seule Bible, constituent le [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : professeur de littérature française moderne et contemporaine à l'université de Paris-VIII-Saint-Denis

Classification


Autres références

«  MILOSZ OSCAR VLADISLAS DE LUBICZ- (1877-1939)  » est également traité dans :

LITUANIE

  • Écrit par 
  • Céline BAYOU, 
  • Suzanne CHAMPONNOIS, 
  • D.A. SEALEY
  •  • 8 111 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre «  La littérature »  : […] Dans la grande principauté de Lituanie, qui s'étendait aux xiv e et xv e  siècles de la Baltique à la mer Noire, la langue officielle était le biélorussien, et plus tard le latin. Au xvi e  siècle, l'établissement temporaire du protestantisme et ensuite de la Contre-Réforme ont amené les auteurs d'œuvres religieuses à s'exprimer en langue vernaculaire. À côté d'une poésie populaire, dite de ser […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lituanie/#i_10629

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean BELLEMIN-NOEL, « MILOSZ OSCAR VLADISLAS DE LUBICZ- (1877-1939) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 janvier 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/milosz-lubicz/