LEIGH MIKE (1943- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La famille contre la société

Secrets and Lies (Secrets et mensonges, 1996), au contraire, propose finalement une forme d’espoir en se recentrant sur la famille, la quête de l’origine, et en relatant l’histoire d’une femme noire adoptée qui découvre soudain que sa mère biologique est blanche. Si la famille est au cœur du cinéma de Mike Leigh, celle-ci n’en est pas moins éclatée. Les personnages de Secrets et mensonges sont solitaires, fragiles, désespérés, voire hargneux, parce qu’ils doivent vivre dans un monde en miettes. Le cinéma, lui-même constitué de plans isolés qu’il faut ensuite coller les uns à la suite des autres pour donner vie à un film, a pour Mike Leigh vocation à rendre à la famille et au monde un semblant d’unité.

Au festival de Cannes 1996, la palme d’or qui couronne ce film et le prix d’interprétation décerné à Brenda Blethyn, suivis d’un succès public, incitent Mike Leigh à poursuivre dans cette voie, qui dément le manque de générosité à l’égard de ses personnages que certains lui ont reproché. En mineur, Career Girls (Deux Filles daujourdhui, 1997) raconte les retrouvailles à Londres de deux amies qui se sont connues étudiantes six ans plus tôt. Elles se voient désormais partagées entre l’enthousiasme du souvenir et le présent d’une Angleterre thatchérienne teintée d’amertume.

Beaucoup plus surprenant est Topsy-Turvy (1999), coûteuse production en costumes. Le film raconte un épisode de la carrière de William Schwenck Gilbert (librettiste et metteur en scène) et d’Arthur Sullivan (compositeur), deux auteurs d’opérette anglaise de l’ère victorienne. Topsy-Turvy ne repose pas sur les classiques difficultés rencontrées pour monter un spectacle. C’est directement de création que parle ici Mike Leigh à travers ce couple d’artistes en proie au doute et près de renoncer à la suite d’un cuisant échec, avant de trouver une solution en changeant totalement de source d’inspiration. Mike Leigh lui-même est alors confronté à la nécessité de se renouveler au temps de l’après-thatchérisme, en retrouvant le contact avec un large public populaire. Une phrase de [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

  • : critique et historien de cinéma, chargé de cours à l'université de Paris-VIII, directeur de collection aux Cahiers du cinéma

Classification


Autres références

«  LEIGH MIKE (1943- )  » est également traité dans :

BE HAPPY (M. Leigh)

  • Écrit par 
  • André-Charles COHEN
  •  • 883 mots

Intitulé dans la version originale Happy-go-lucky (« Insouciant/e »), le nouveau film de Mike Leigh aurait pu être sous-titré « La mélancolie du bonheur », plutôt que Be Happy – une injonction qui réduit quelque peu le propos de l'auteur.Après Vera Drake (2004) – un personnage […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/be-happy/#i_97882

SECRETS ET MENSONGES (M. Leigh)

  • Écrit par 
  • Jean COLLET
  •  • 1 677 mots

« Vous n'êtes pas forcé, mais vous pouvez sourire... » C'est la formule magique que prononce Maurice, photographe dans la périphérie de Londres, au moment de prendre ses clichés. Dans son studio, parfois à leur domicile à l'occasion d'un mariage, il voit défiler devant son objectif tous les échantillons d'humanité. Jeunes, vieux, enfants, Mike Leigh nous […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/secrets-et-mensonges/#i_97882

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Cinéma

  • Écrit par 
  • N.T. BINH
  •  • 3 484 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La tradition du réalisme social »  : […] Le cinéma primitif anglais est marqué par l'école de Brighton : les photographes James Williamson et George Albert Smith y découvrent, en filmant leur ville, les vertus d'un langage cinématographique qui se « fictionnalise ». Mais il faut attendre la fin des années 1920 pour qu'apparaisse John Grierson. Théoricien, maître du documentaire britannique, il réalise en 1929 le révolutionnaire moyen-mé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anglais-art-et-culture-cinema/#i_97882

CINÉMA (Aspects généraux) - Histoire

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Jean COLLET, 
  • Claude-Jean PHILIPPE
  •  • 21 812 mots
  •  • 37 médias

Dans le chapitre « Le cinéma anglais »  : […] Le cinéma britannique a connu une « renaissance » au début des années 1980, à l'époque où la fresque olympique de Hugh Hudson, Les Chariots de feu (1981), remportait l'oscar du meilleur film étranger. Ce succès était ambigu, car il consacrait certaines « qualités » (reconstitution historique, photographie impeccable, beauté et talent des acteurs) qui ont souvent été utilisé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinema-aspects-generaux-histoire/#i_97882

PARLANT (CINÉMA) - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Michel CHION
  •  • 3 247 mots

1899 États-Unis. Th e Astor Tramp , « picture song » de Thomas Edison. Bande filmée destinée à être accompagnée d'une chanson chantée en salle (derrière l'écran) par des artistes invités. 1900 France. Présentation par Clément Maurice du Phono-Cinéma-Théâtre à l’'Exposition universelle. Au programme, une scène d' Ham […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/parlant-cinema-reperes-chronologiques/#i_97882

Pour citer l’article

Joël MAGNY, « LEIGH MIKE (1943- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/mike-leigh/