BABITS MIHÁLY (1883-1941)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le prosateur autobiographique

Qu'il aborde le roman, la nouvelle ou l'essai, Babits demeure essentiellement subjectif. Sa première œuvre remarquable, et que le temps a le moins marquée, Le Calife devenu cigogne (1913) constitue, sur le thème fantastique du « double » emprunté à Poe, à Wilde et à Stevenson, l'une des premières tentatives pour révéler à la lumière des récentes découvertes de la psychanalyse les déchirements d'une âme d'artiste. Les personnages principaux de Château de cartes (1920), histoire d'une banlieue de Budapest en proie au délire capitaliste, reflètent également les aspects contradictoires de la personnalité de Babits. Enfin, l'entreprise la plus ambitieuse, Condamnés (1927), malgré l'ampleur du sujet – l'examen de conscience de la classe moyenne hongroise de 1890 jusqu'à la Première Guerre mondiale – évoque surtout l'éducation intellectuelle et sentimentale de l'auteur lui-même. Quant à sa longue et brillante activité d'essayiste, on lui doit une pièce maîtresse avec la magistrale Histoire de la littérature européenne (1934-1936). « Autoportrait d'une sensibilité », selon la formule d'un de ses premiers critiques, ce « journal de lecteur », constitue une méditation passionnante sur l'affinité cosmopolite des grands écrivains et témoigne du souci constant de Babits de marquer langage et pensée du sceau de la durée.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : professeur à la faculté des lettres et sciences humaines de Lille

Classification

Autres références

«  BABITS MIHÁLY (1883-1941)  » est également traité dans :

HONGRIE

  • Écrit par 
  • Jean BÉRENGER, 
  • Lorant CZIGANY, 
  • Albert GYERGYAI, 
  • Pierre KENDE, 
  • Edith LHOMEL, 
  • Marie-Claude MAUREL, 
  • Fridrun RINNER
  • , Universalis
  •  • 32 158 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Buisson ardent de talents »  : […] Dans ce buisson ardent de talents, les poètes dominent et mènent le mouvement. Endre Ady (1877-1919), écrivain visionnaire que Paris et le symbolisme français libérèrent de tout le traditionalisme que contenaient ses écrits de jeunesse ; pénétré de plus en plus par la sève de l'ancienne poésie hongroise autochtone, il cristallisa, comme les génies authentiques, les efforts de ses prédécesseurs po […] Lire la suite

Pour citer l’article

André KARATSON, « BABITS MIHÁLY - (1883-1941) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/mihaly-babits/