BABITS MIHÁLY (1883-1941)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Pacifisme et néo-classicisme

Le cataclysme de la Première Guerre mondiale brise enfin le masque du littérateur et permet à cette conscience tourmentée dans son isolement de rejoindre les souffrances de l'humanité. Babits devient, avec Ady, l'un des plus importants porte-parole du pacifisme hongrois ; ses protestations contre l'absurdité de la violence et de la mort reprises dans Récitatif et dans Vallée de l'inquiétude (1920) lui valent les attaques de la presse impérialiste. En 1916, il est même déplacé par mesure disciplinaire et fait l'objet de poursuites judiciaires. Enfin, après la chute de la Commune qui l'a nommé professeur à l'université de Budapest, il vit sous la surveillance de la police. Cependant, les exécutions sommaires lui avaient déjà fait prendre ses distances avec la dictature du prolétariat ; les dures décisions du traité de Trianon éveillent même en lui le sentiment nationaliste, mais sa véritable préoccupation demeure la défense des valeurs universelles contre la poussée anti-intellectualiste. Le salut se dessine à ses yeux sous la forme d'un nouveau classicisme, synthèse de la psychologie moderne et de la raison éternelle. Équilibre fragile, presque irréalisable, mais dont la recherche engendre les trois recueils les plus complexes et peut-être les plus substantiels de son œuvre : Île et Mer (1925), Les Dieux meurent, l'homme vit (1927), À l'envi avec les années (1933). Dépouillé de son extrême musicalité d'autrefois, mais sans rien perdre de sa richesse ni de son raffinement, le discours exprime le drame intense de sa conscience.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : professeur à la faculté des lettres et sciences humaines de Lille

Classification

Autres références

«  BABITS MIHÁLY (1883-1941)  » est également traité dans :

HONGRIE

  • Écrit par 
  • Jean BÉRENGER, 
  • Lorant CZIGANY, 
  • Albert GYERGYAI, 
  • Pierre KENDE, 
  • Edith LHOMEL, 
  • Marie-Claude MAUREL, 
  • Fridrun RINNER
  • , Universalis
  •  • 32 158 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Buisson ardent de talents »  : […] Dans ce buisson ardent de talents, les poètes dominent et mènent le mouvement. Endre Ady (1877-1919), écrivain visionnaire que Paris et le symbolisme français libérèrent de tout le traditionalisme que contenaient ses écrits de jeunesse ; pénétré de plus en plus par la sève de l'ancienne poésie hongroise autochtone, il cristallisa, comme les génies authentiques, les efforts de ses prédécesseurs po […] Lire la suite

Pour citer l’article

André KARATSON, « BABITS MIHÁLY - (1883-1941) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/mihaly-babits/