BABITS MIHÁLY (1883-1941)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'humaniste catholique

Face à la montée du fascisme, Babits qui, par ses fonctions de directeur du Nyugat, apparaît désormais comme l'une des autorités de la littérature hongroise, choisit une solitude symbolique. Terrassé par un cancer du larynx, retiré du monde hostile, le poète pleure la déchéance de l'esprit, interroge le divin et médite la signification de ses souffrances. Une dernière occasion s'offre à lui de s'adresser à la collectivité. Dans sa grande confession lyrique, Le Livre de Jonas (1940), il évoque, avec ironie, le prophète trop faible pour dénoncer les péchés de Ninive. Au terme de ses tribulations, dans son désert brûlant, les yeux fixés sur les forces obscures de la Ville, Jonas se résigne à sa mission désespérée et demande, dans une ultime prière, la force pour l'accomplir. Largement écouté pour son message à la veille de la guerre, ce chef-d'œuvre inaugure aussi un genre de récit symbolique que les disciples du poète, notamment Sándor Weöres, doteront d'une dimension mythique.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : professeur à la faculté des lettres et sciences humaines de Lille

Classification

Autres références

«  BABITS MIHÁLY (1883-1941)  » est également traité dans :

HONGRIE

  • Écrit par 
  • Jean BÉRENGER, 
  • Lorant CZIGANY, 
  • Albert GYERGYAI, 
  • Pierre KENDE, 
  • Edith LHOMEL, 
  • Marie-Claude MAUREL, 
  • Fridrun RINNER
  • , Universalis
  •  • 32 158 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Buisson ardent de talents »  : […] Dans ce buisson ardent de talents, les poètes dominent et mènent le mouvement. Endre Ady (1877-1919), écrivain visionnaire que Paris et le symbolisme français libérèrent de tout le traditionalisme que contenaient ses écrits de jeunesse ; pénétré de plus en plus par la sève de l'ancienne poésie hongroise autochtone, il cristallisa, comme les génies authentiques, les efforts de ses prédécesseurs po […] Lire la suite

Pour citer l’article

André KARATSON, « BABITS MIHÁLY - (1883-1941) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/mihaly-babits/