MOLINOS MIGUEL DE (1628-1696)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Spirituel espagnol, né près de Saragosse. Après avoir étudié à Valence, Molinos est envoyé à Rome en 1663 ; membre et dignitaire des Écoles du Christ, à Valence et à Rome, il cultive une piété de type ascétique qui lui fait néanmoins découvrir, au contact des spirituels italiens, l'oraison de quiétude (en particulier chez Petrucci, alors évêque de Iesi et futur cardinal). Il reste, en Italie, directeur et prédicateur très écouté ; sa Guide spirituelle, publiée en 1675, trouva sans peine des approbateurs, mais fut très vite combattue par les Jésuites. Aux réfutations de Bell'huomo (1678) et de Segneri (1680) Molinos répond par des écrits persuasifs et convaincus, essayant de gagner à son point de vue le père Oliva, général de la Compagnie. Ses adversaires sont, en 1681, condamnés par Innocent XI ; mais un revirement, dont l'histoire est confuse, s'opère en 1682-1683, probablement dans le cadre des conflits européens entre Louis XIV et Innocent XI ; Molinos est arrêté en 1685 et condamné deux ans plus tard à la prison à vie. Le bref Caelestis Pastor (1687) résume en soixante-huit propositions le contenu de l'acte d'accusation, plus à partir de sa correspondance, de ses aveux et des déclarations de ses disciples que du texte même de la Guide.

Dans la Guide, Molinos avait insisté sur une approche « négative » du mystère divin, qui ne s'atteint pas par la méditation, mais par l'oraison de repos ; il souligne le rôle central de la contemplation acquise ou active, où la foi doit être pure (sans images ni idées), simple (sans raisonnement) et universelle (sans réflexion sur des objets distincts) ; ainsi mise en présence de Dieu, l'âme marche toujours dans une contemplation acquise. Molinos affirme ici (c'est le reproche le plus justifié qu'on peut faire à sa doctrine) le caractère perdurable de l'acte non révoqué dans la contemplation. Il se garde par ailleurs de conseiller les excès qu'on a pu lui reprocher ; mais il est sûr que son exigence spirituelle, réservée à quelques-uns, conduit à des formules suspectes pour l'ensemble des fidèles : ainsi explique-t-il que les âmes intérieures et spirituelles n'ont pas besoin de se préparer actuellement à la communion, « toute leur vie étant une préparation habituelle et parfaite ». Traduite en latin par le piétiste saxon Francke (1687), en français par le protestant Lacroze et en allemand par le très hétérodoxe Gottfried Arnold (1699), la Guide spirituelle occupe une place importante dans les sources des « réveils » anglo-saxons.

—  Jean-Robert ARMOGATHE

Écrit par :

Classification


Autres références

«  MOLINOS MIGUEL DE (1628-1696)  » est également traité dans :

INNOCENT XI, BENEDETTO ODESCALCHI (1611-1689) pape (1676-1689)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 538 mots

Benedetto Odescalchi naît le 19 mai 1611 à Côme, dans le duché de Milan. Il étudie le droit à l'université de Naples et intègre la curie sous le pontificat d'Urbain VIII. Le pape Innocent X le nomme cardinal en 1645, puis légat à Ferrare (Italie) et évêque de Novare (Italie) en 1650. Odescalchi est élu pape le 21 septembre 1676 sous le nom d'Innocent XI, contre la volonté de Louis XIV, qui s'oppo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/benedetto-innocent-xi/#i_35267

QUIÉTISME

  • Écrit par 
  • Jacques LE BRUN
  •  • 1 790 mots

Dans le chapitre « Avant la condamnation de 1687 »  : […] Le quiétisme proprement dit apparut en Italie dans les années 1670-1680, préparé dans la péninsule par une littérature mystique où sont prônés l'annihilation, le sommeil mystique et l'indifférence complète ; des groupes de « parfaits », tels ceux qui se réunissaient en Lombardie et qui furent condamnés en 1657 ou les membres de l'entourage des frères Leoni, laissent deviner en quels milieux ces te […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/quietisme/#i_35267

Pour citer l’article

Jean-Robert ARMOGATHE, « MOLINOS MIGUEL DE - (1628-1696) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/miguel-de-molinos/