MEXIQUE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le Mexique de l'indépendance à la fin du XXe siècle

Formation de la nation mexicaine

L'indépendance

La société coloniale a porté tous ses fruits au cours du brillant xviiie siècle dont le baron Alexandre de Humboldt a laissé un tableau saisissant, à la veille de l'indépendance. Deux sociétés parallèles existaient depuis la conquête : les Indiens, à mi-chemin entre deux mondes ; les Européens, qui contrôlaient la vie économique, politique et sociale. Le système des castes perpétuait la séparation entre les deux mondes, sans pouvoir empêcher le développement de mécontents turbulents, les métis et les mulâtres. Mécontents aussi, les créoles, nés en Amérique, espagnols par leurs ancêtres, défavorisés dans la distribution des postes administratifs, méprisés par les Espagnols et lésés par le système colonial. Le mécontentement des créoles, mal défini mais fondé sur des bases sérieuses, cristallisa lors de la disparition de la monarchie espagnole, confisquée par Napoléon en 1808.

Coupé de la métropole, subitement seul, le Mexique créole s'inquiète ; le pouvoir reste aux mains des conservateurs, déchirés par l'ambition, et soudain réconciliés face au péril populaire. En 1810, l'insurrection provoquée par le curé M. Hidalgo, secondé par le curé J. M. Morelos, déborde rapidement ses promoteurs pour devenir une négation millénariste de tous les principes de gouvernement et d'ordre. Rébellion contre toutes les autorités, guerre impitoyable, elle est parfaitement symbolisée par le cri de guerre des insurgés : « Vive la Vierge de Guadalupe ! Meurent les Espagnols ! » Guerre religieuse, guerre sociale, guerre paysanne, guerre indienne, le soulèvement de 1810 est tout cela. La peur, l'instinct de conservation, la volonté de châtier rassemblent Espagnols et créoles, et leur armée peu nombreuse, mais disciplinée et bien commandée par F. M. Calleja, écrase, en 1811, la rébellion. Les chefs les plus illustres des deux camps ternissent leur gloire par la férocité avec laquelle ils versent le sang, massacrent les populations et ravagent le pays. Les insurgés de 1810 poursuivent la guérilla sous le commandement de Morelos, mais succombent devant l'unanimité des créoles épouvantés par cette lutte sociale qui se masque derrière la haine raciale.

En 1821, les créoles choisissent l'indépendance pour ne pas avoir à appliquer la constitution libérale de Cadix, rétablie en Espagne par Riego. Leurs anciens ennemis se rallient et le peuple acclame avec enthousiasme son héros, Agustín de Itúrbide, qui s'était jadis illustré en combattant Morelos et qui proclamait maintenant l'indépendance. En 1822, Itúrbide était sacré empereur, réalisant les vœux de toute la nation, l'Espagne ayant refusé de donner un prince au Mexique.

D'un empire à l'autre (1821-1867)

Les premiers problèmes que devait affronter la jeune nation étaient politiques : libéraux contre conservateurs, fédéralistes contre centralistes, Église contre État ; ces questions divisèrent l'élite créole, ce qui explique l'instabilité politique et le déchaînement des factions sans que soit aucunement affectée la structure économique et sociale héritée de la période coloniale. Le système foncier ne changea pas et la dépendance économique subsista, l'Angleterre, puis les États-Unis, se substituant à l'Espagne. Les ravages des guerres de l'indépendance, en particulier l'anéantissement de l'industrie minière, provoquèrent le déclin économique et, en conséquence, l'effondrement de l'appareil administratif déjà disloqué par le départ des Espagnols. Le manque d'argent obligeait les gouvernements à recourir aux emprunts français et anglais, sources de frictions, de pressions et d'interventions. C'est la misère financière qui a provoqué la chute d'Itúrbide, renversé par la clique militaire et administrative des créoles qu'il ne pouvait satisfaire.

Pendant les trente premières années de son indépendance, le pays fut dirigé par des gouvernements généralement conservateurs, avec de brefs épisodes libéraux (1833-1834). Le personnage principal de cette époque est Antonio López de Santa Anna, démagogue de génie, capable de survivre à toutes les épreuves, même à la défaite militaire et à la perte de plus de la moitié du territoire national, après la sécession du Texas et la désastreuse guerre avec les États-Unis (1846-1848). Indifférent aux alliances politiques, sauveur éternel, appelé par les conservateurs comme par les libéraux, il arbitre entre les factions et, selon les circo [...]

Mexique : formation territoriale

Dessin : Mexique : formation territoriale

La naissance de la nation mexicaine au XIXe siècle : guerres, insurrections et pertes territoriales. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 49 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Médias

Mexique : carte physique

Mexique : carte physique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Mexique : drapeau

Mexique : drapeau
Crédits : Encyclopædia Universalis France

drapeau

Palenque

Palenque
Crédits : G. Dagli Orti/ De Agostini/ Getty Images

photographie

Désert de Basse-Californie, Mexique

Désert de Basse-Californie, Mexique
Crédits : Robert Holmes/ Corbis Documentary/ Getty Images

photographie

Afficher les 16 médias de l'article

Écrit par :

  • : professeur émérite des Universités en sciences économiques
  • : professeur à la faculté des lettres et sciences humaines de Bordeaux
  • : maître assistant à l'université de Paris-VIII
  • : docteur en droit public, coordinatrice scientifique au Centre de recherche et d'analyse FUNDAR à Mexico
  • : attaché de recherche au C.N.R.S.
  • : géographe, professeure émérite à l'université de Paris-VIII, Creda-UMR 7227
  • : agrégé de géographie, professeur en classes préparatoires aux lycées Fermat et Saint-Sernin, Toulouse

Classification

Autres références

«  MEXIQUE  » est également traité dans :

MEXIQUE

  • Écrit par 
  • Jacques BRASSEUL, 
  • Henri ENJALBERT, 
  • Roland LABARRE, 
  • Cécile LACHENAL, 
  • Jean A. MEYER, 
  • Marie-France PRÉVÔT-SCHAPIRA, 
  • Philippe SIERRA
  •  • 32 136 mots
  •  • 25 médias

Situé dans la partie méridionale du continent nord-américain tout en appartenant historiquement et culturellement à l'Amérique latine, le Mexique est un pays qui surprend par sa diversité. Au moins trois fois plus grand que la France (1 968 201 km2), il est composé, en grande partie, d'un immense plateau élevé entouré de chaînes de montagnes et de volcans qui s'abaissent ver […] Lire la suite

FRONTIÈRE

  • Écrit par 
  • Guillaume LACQUEMENT
  •  • 6 356 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Nouvelles configurations frontalières dans la mondialisation »  : […] La « défrontiérisation » entraîne donc une modification du régime frontalier, mais s’accompagne paradoxalement, dans le contexte contemporain de la mondialisation, d’une « refrontiérisation » qui se traduit par le renforcement des procédures de sécurisation et de contrôle des flux. Cette dynamique duale transforme les configurations frontalières. Tout d’abord, les frontières deviennent plus denses […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

8 septembre - 21 octobre 2022 États-Unis. Inculpation de Steve Bannon, ancien conseiller de l'ex- président Donald Trump.

Celle-ci avait levé 15 millions de dollars en vue de contribuer à la construction d’un mur entre les États-Unis et le Mexique. Steve Bannon avait déjà été inculpé dans cette affaire en août 2020, avant d’être gracié par Donald Trump en janvier 2021. En juillet, Steve Bannon a été reconnu coupable d’« entrave aux prérogatives d'enquête du Congrès » pour avoir refusé de coopérer avec la commission d’enquête parlementaire sur l’assaut du Capitole en janvier 2021. […] Lire la suite

15-30 septembre 2022 Mexique. Démission du procureur spécial chargé de l'affaire d'Ayotzinapa.

Le 15, la police arrête le général à la retraite José Rodríguez Pérez, commandant du 27e bataillon d’infanterie basé à Iguala à l’époque de la disparition des quarante-trois étudiants de l’école normale d’Ayotzinapa (Guerrero), en septembre 2014, ainsi que deux autres militaires. Ceux-ci faisaient partie des militaires contre lesquels des mandats d’arrêt ont été lancés dans cette affaire. […] Lire la suite

18-19 août 2022 Mexique. Arrestation de l'ancien procureur général chargé du dossier de la disparition des étudiants d'Ayotzinapa.

Le 18, la commission d’enquête créée en juin 2018 sur la disparition forcée des quarante-trois étudiants de l’école normale d’Ayotzinapa (Guerrero), en septembre 2014, rend ses conclusions. Qualifiant l’affaire de « crime d’État », elle dénonce « une action concertée de l’appareil du pouvoir depuis les plus hautes instances du gouvernement » et relève les « omissions et la participation des autorités fédérales, étatiques et municipales qui ont rendu possibles la disparition des étudiants, puis leur assassinat ». […] Lire la suite

15 juillet 2022 Mexique. Arrestation du narcotrafiquant Rafael Caro Quintero.

Les forces spéciales arrêtent, près de San Simon (Sinaloa), le narcotrafiquant Rafael Caro Quintero, fondateur du premier grand cartel de la drogue du pays dans les années 1970, devenu le cartel de Sinaloa. Les États-Unis, qui offraient une récompense de 20 millions de dollars pour la capture de Rafael Caro Quintero, réclament son extradition. Arrêté en avril 1985 pour le meurtre, deux mois plus tôt, d’un agent de l’Agence antidrogue américaine (DEA), il avait été condamné à quarante ans de prison. […] Lire la suite

10 juin 2022 Mexique. Interdiction des corridas à Mexico.

Un tribunal de Mexico, saisi d’une plainte de l’association Justicia Justa, interdit les corridas dans la capitale, en application de la Constitution de la ville qui garantit aux animaux le « droit à un environnement sain ». La plaza de toros de Mexico, qui peut accueillir cinquante mille spectateurs, est la plus grande arène du monde. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jacques BRASSEUL, Henri ENJALBERT, Roland LABARRE, Cécile LACHENAL, Jean A. MEYER, Marie-France PRÉVÔT-SCHAPIRA, Philippe SIERRA, « MEXIQUE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 janvier 2023. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/mexique/