PROJECTIVES MÉTHODES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Méthodes projectives et psychologie projective

Dégager une conclusion d'ensemble sur l'importance réelle, l'influence et la validité des techniques projectives est une tâche impossible : le volume des articles et ouvrages publiés interdit pratiquement au spécialiste de tenir à jour une documentation complète ; on y rencontre les opinions les plus extrêmes et les plus contradictoires allant du zélateur enthousiaste au détracteur passionné ; il est probable d'ailleurs que ces méthodes ne sont pas de celles qui attirent spontanément les esprits portés à la recherche expérimentale et objective.

On peut se faire une idée de l'importance effective de l'utilisation concrète de ces techniques à partir d'une enquête de Sundberg (1961), qui estimait que le test de Rorschach était administré aux États-Unis à un million de personnes par an au moins ; ce qui exigeait approximativement cinq millions d'heures de travail de psychologues cliniciens (l'équivalent de 571 années), le coût total incombant aux patients étant d'environ 25 millions de dollars.

Le recensement de la bibliographie en langue anglaise fait apparaître à la fin de 1968 un total de 3 747 références concernant le seul test de Rorschach avec un accroissement actuel d'environ 120 références par an. Il faut toutefois signaler un déclin relatif de la popularité des techniques projectives dans leur ensemble. Parmi les 689 références (en langue anglaise) relevées avant 1939 dans le domaine des tests de personnalité, 26 p. 100 concernaient les techniques projectives. Cette proportion alla ensuite en augmentant régulièrement, atteignant un maximum de 66,1 p. 100 en 1951. Depuis 1955, elle n'a cessé de décroître pour tomber aux environs de 27 p. 100 en 1968 (chiffres empruntés à O. K. Buros).

Ces chiffres semblent bien indiquer qu'un certain engouement pour les techniques projectives correspondait à une époque aujourd'hui dépassée de la psychologie clinique. Certaines prises de position hostiles sont significatives, telle celle de A. R. Jensen (université de Californie, Berkeley), qui ne craint pas d'écrire, en 1965, « qu'il [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages






Écrit par :

  • : assistant de recherche au C.N.R.S., directeur du laboratoire de psychologie de la clinique des maladies mentales et de l'encéphale à l'université de Paris-V

Classification


Autres références

«  PROJECTIVES MÉTHODES  » est également traité dans :

MARKETING ÉTUDES ou ÉTUDES DE MARCHÉ

  • Écrit par 
  • Jean-Philippe FAIVRE, 
  • Yves KRIEF
  •  • 6 269 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Notions fondamentales »  : […] Le principe de non-directivité consiste à s'abstenir de toute pression, de toute direction à donner (dans l'interview ou dans le groupe). À partir d'une consigne de départ très générale, le sujet garde ainsi une autonomie complète dans le processus de la réponse et dans la représentation du problème. L'enquêteur adopte une attitude d'empathie, de non-jugement, de soutien à l'expression, de clarifi […] Lire la suite

PSYCHOLOGIE

  • Écrit par 
  • Pierre GRÉCO
  •  • 16 218 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le recueil des données »  : […] Les techniques pour le recueil des données peuvent donc être fort diverses, et même, en vertu du principe « holistique », elles ne connaissent pas de limites : observation directe, dossiers biographiques, interviews non directives ou semi-directives, questionnaires préétablis, dont certains se bornent à relever des informations individuelles, tandis que d'autres sont standardisés et étalonnés comm […] Lire la suite

SZONDI LEOPOLD (1893-1986)

  • Écrit par 
  • Georges THINÈS
  •  • 426 mots

Médecin hongrois, résidant à Zurich à partir de 1944, auteur du test projectif qui porte son nom, Szondi a élaboré une œuvre psychologique qui a exercé une influence déterminante sur les orientations actuelles de l'analyse clinique du sujet considéré comme l'acteur personnel du « drame humain ». Cette formule, introduite dans le vocabulaire psychologique par Politzer (1928), revêt dans le contexte […] Lire la suite

T.A.T. (Thematic Apperception Test)

  • Écrit par 
  • Anne-Marie LERICHE
  •  • 913 mots

Publié en 1935 par C. D. Morgan et H. A. Murray, le thematic apperception test , dit T.A.T., se compose de reproductions destinées à stimuler la production imaginaire. C'est à la suite d'une cure analytique entreprise avec C. G. Jung et poursuivie avec F. Alexander que Murray, directeur de la Harvard Psychological Clinic, orienta ses travaux dans le sens de la mise au point du T.A.T., influencé au […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jacques PERSE, « PROJECTIVES MÉTHODES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/methodes-projectives/