MIDDLETON THOMAS (1570 ou 1580-1627)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les biographes diffèrent sur la date de naissance de Thomas Middleton. On le fait naître tantôt en 1570, tantôt dix ans plus tard. Ce qui est sûr c'est qu'un Thomas Middleton fut baptisé à Londres le 18 avril 1580, et qu'il était le fils de William Middleton, maçon de son état, qui se disait gentleman et avait un blason. Thomas fut inscrit sur les registres de Queen's College (Oxford) en 1598 — on ne sait pas ce qu'il y fit — et on le retrouve à Londres, vers 1601, marié, et fréquentant les théâtres. Son nom est bientôt associé à ceux de Dekker, avec lequel il écrivit une partie de La Putain honnête (The Honest Whore), Drayton (1563-1631), Webster et Munday (1553-1633) sur les registres de Henslowe. Il faisait son apprentissage. Un peu plus tard, vers 1605, il travaille avec les grands, Chapman, Marston, Jonson et Fletcher pour les compagnies d'enfants (Children's Companies) et une de ses premières comédies, The Phoenix, fut écrite en 1603 pour les jeunes choristes de St. Paul. C'est pour eux qu'il composera plusieurs comédies entre 1604 et 1608, Michaelmas Term, Quel monde fou, mes amis (A Mad World, my Masters), Un tour pour attraper le vieux (A Trick to Catch the Old One), comédies qui sont parmi les plus enlevées de son abondante production.

Middleton, en effet, est un génie prolixe et touche-à-tout. Il écrivit plus de trente pièces, comédies londoniennes, tragédies, masques, divertissements, collabora avec nombre d'auteurs, en dernier lieu avec Rowley, qui lui donna le goût du romanesque. Il a cependant son tour d'esprit particulier, qui fait de lui un observateur des plus fins et un réaliste malicieux dans ses comédies de mœurs qui sont des documents précieux sur la société de l'époque. Middleton est avant tout un citoyen de Londres, un jacobéen sans complexe qui fait son métier de dramaturge avec ce qu'il a sous les yeux, ce qui lui tombe sous la main. Sa satire n'est pas hargneuse, ses caricatures ne sont pas répugnantes, et ses bonshommes n'ont pas la folie des grandeurs ni la hantise des fantômes. Il est aussi loin de la [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

  • : doyen honoraire de la faculté des lettres et sciences humaines d'Aix-en-Provence

Classification


Autres références

«  MIDDLETON THOMAS (1570 ou 1580-1627)  » est également traité dans :

ÉLISABÉTHAIN THÉÂTRE

  • Écrit par 
  • Henri FLUCHÈRE
  •  • 10 629 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La comédie bourgeoise »  : […] La comédie bourgeoise est appelée city comedy en anglais, parce qu'elle met en scène, comme la comédie benjonsonienne d'ailleurs, le peuple de la Cité de Londres et qu'elle constitue, mise à part sa valeur littéraire, variable certes mais jamais négligeable, un copieux ensemble de documents sociologiques. Toutes les classes de la société y sont représentées, les artisans, le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theatre-elisabethain/#i_6121

Pour citer l’article

Henri FLUCHÈRE, « MIDDLETON THOMAS (1570 ou 1580-1627) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/thomas-middleton/