MÉSOTHÉRAPIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dès 1952, le docteur Michel Pistor, généraliste exerçant dans un petit village du Vexin, avait obtenu, en traitant des malades par injections intradermiques localisées de procaïne iodée et soufrée, des résultats insolites et inespérés. Ces malades étaient atteints de migraines, de bourdonnements d'oreille, de douleurs arthrosiques et d'allergies diverses. En 1958, il propose dans une première publication, le nom de mésothérapie pour ces traitements d'une pathologie qui lui semblait à prédominance mésodermique (articulations, muscles, tendons, vaisseaux sanguins).

En 1964, il fonde la Société française de mésothérapie, puis il crée en 1983, la Société internationale de mésothérapie. Pendant de longues années, seuls les généralistes médecins et vétérinaires semblaient intéressés par cette thérapeutique simple et efficace, mais, à partir du début des années 1980, les spécialistes, chaque année plus nombreux, ont constaté qu'il existait des indications intéressantes dans leur domaine. En France, le Conseil national de l'ordre des médecins a validé en 2003 le diplôme interuniversitaire de mésothérapie.

Contrairement à ce que beaucoup ont pu croire, la mésothérapie est bien une allopathie, car les médicaments utilisés sont ceux du Codex. Cette allopathie est légère, d'une part pour le patient qui ne reçoit que des doses médicamenteuses faibles, d'autre part sur le plan économique, à la fois pour le malade et pour la Sécurité sociale. De plus, cette allopathie légère est polyvalente. Dans le domaine de la douleur, elle permet d'obtenir des résultats dans le traitement des migraines, arthroses, arthrites, névralgies, névrites, tendinites, entorses, lombalgies, sciatiques, etc. Dans le domaine des allergies, il en est de même pour les eczémas, les prurits, certains asthmes, les rhinopharyngites chroniques, les rhumes des foins, etc.

Pour que la définition soit complète, il ne faut pas oublier l'essentiel : cette allopathie légère et polyvalente doit [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : médecin, président de la Société française de mésothérapie

Classification

Pour citer l’article

M. PISTOR, « MÉSOTHÉRAPIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/mesotherapie/