MERVEILLEUSE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La Révolution française avait suscité un vif engouement pour tout ce qui rappelait les républiques d'Athènes ou de Rome. Mais c'est après la Terreur, sous le Directoire, que le type d'élégante dite merveilleuse fait fureur. Les costumes à la romaine sont adoptés par les femmes aux formes amples, tandis que les plus jeunes et les plus sveltes font copier les modèles offerts par la statuaire grecque. On s'habille à la Flore ou à la Diane, à la Minerve ou à la Vestale.

Soieries et velours ne trouvent plus acquéreurs. Les tuniques sont taillées dans des mousselines, des linons, des batistes de fabrication anglaise. Ces étoffes, libres de tout apprêt, sont parfois portées humides pour mieux dessiner les formes. La merveilleuse doit montrer sa peau autant que la bienséance le permet et même, surtout, au-delà : la belle Mme Tallien proscrit la chemise, ce « vêtement antique [qui] dépare la taille et s'arrange gauchement » ; les bras, les jambes, la poitrine se dénudent et le reste du corps n'est couvert que de voiles translucides. Cette mode, qui n'autorisait au creux de l'hiver qu'un léger vêtement de dessus sans manches, entraîna de nombreux refroidissements dont certains furent fatals. Mais les merveilleuses témoignent surtout de la « fureur de vivre » qui s'était emparée de la société française après que le spectre de la guillotine se fut éloigné. Des deux prêtresses de cette mode, l'une, Joséphine de Beauharnais, lui avait laissé la tête de son mari, et l'autre, Thérésa Cabarrus, épouse de Tallien, avait manqué de peu lui offrir la sienne.

L'impératrice Joséphine

L'impératrice Joséphine

photographie

Marie Josèphe Rose Tascher de La Pagerie (1763-1814), impératrice des Français, épouse de Napoléon Ier, avait épousé en premières noces le chevalier de Beauharnais. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

—  Solange MARIN

Écrit par :

Classification


Autres références

«  MERVEILLEUSE  » est également traité dans :

DIRECTOIRE

  • Écrit par 
  • Michel EUDE
  •  • 4 527 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La nouvelle société »  : […] Si l'on compare la société du Directoire à celle de l'Ancien Régime, un trait retient avant tout l'attention : la disparition des ordres privilégiés, clergé et noblesse. « La loi est la même pour tous, soit qu'elle protège, soit qu'elle punisse. » Celles qui frappent les prêtres réfractaires et les émigrés sont des mesures de circonstance, rigoureuses certes, mais destinées à disparaître lorsque l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/directoire/#i_16933

MODE - Le phénomène et son évolution

  • Écrit par 
  • Valérie GUILLAUME
  •  • 11 182 mots
  •  • 24 médias

Dans le chapitre « Les mouvements de mode »  : […] En parallèle aux cycles de la mode, définis souvent aujourd'hui en termes de tendances, naissent des mouvements de mode que leurs exégètes dénomment « états d'esprit » ou « mouvements alternatifs » ou encore « looks » parce qu'ils développent, en complément de la panoplie de leur parure, un langage, une éthique et une esthétique spécifiques (par exemple, dans les années 1980, les groupes de musiqu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mode-le-phenomene-et-son-evolution/#i_16933

Pour citer l’article

Solange MARIN, « MERVEILLEUSE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/merveilleuse/