STILLER MAURITZ (1883-1928)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Contemporain, collaborateur et émule de Sjöström, qu'il dirigea comme metteur en scène, Stiller forma avec celui-ci le duo créateur de l'école suédoise de cinéma. D'origine judéo-russe, il était d'une santé délicate et d'une vive sensibilité, moins profonde peut-être que celle de Sjöström, mais aussi plus diverse. Cela explique la place de la comédie, qu'on tend trop à minimiser dans son œuvre. Elle lui permet de s'exprimer sans contrainte et non sans audace : il pratique le burlesque, la satire plaisante, la comédie américaine ou de boulevard, et ne craint pas d'aborder ouvertement l'homosexualité dans Les Ailes (Vingarna, 1916), ni de professer l'amoralisme dans le très actuel Erotikon (1920). C'est une verve « au champagne » qui fait le charme d'Amour et journalisme (Kärlek och journalistik, 1916). Plus poétique, Wolo (Ballett primadonnan, 1916) lui donne l'occasion d'exercer sa virtuosité plastique, qui est la qualité majeure des drames qui l'ont rendu célèbre.

Mauritz Stiller

Mauritz Stiller

photographie

Le réalisateur suédois Mauritz Stiller (1883-1928) lors d'une pause pendant le tournage d'un film. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Le style épique de Griffith, l'utilisation à la fois lyrique et psychologique du paysage par Thomas Ince et par Sjöström ont certes influencé Stiller. Dans les remous (Sången om den eldröda blomman, 1918), d'après le roman du Finlandais Linnankoski, Le Trésor d'Arne (Herr Arnes Peningar, 1919), Le Vieux Manoir (Gunnar Hedes Saga, 1922), et la Gösta Berlings Saga (1924), tous trois inspirés de Selma Lagerlöf, témoignent d'un style authentique et personnel bien que soient repris les apports essentiels de Sjöström : l'alliage contrapuntique du mysticisme avec le réalisme, l'approfondissement du folklore national par le sens du mystère des êtres, un moralisme naïf et puritain, enfin la maîtrise de la composition picturale, et cet art de la lumière qui nous ont valu quelques-unes des séquences les plus exemplaires du cinéma muet.

Dans Gösta Berling apparaissait Greta Garbo, que Stiller mena vers la gloire.

—  Hubert HARDT

Écrit par :

Classification


Autres références

«  STILLER MAURITZ (1883-1928)  » est également traité dans :

CINÉMA (Aspects généraux) - Histoire

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Jean COLLET, 
  • Claude-Jean PHILIPPE
  •  • 21 812 mots
  •  • 37 médias

Dans le chapitre « Sagas nordiques et démons germaniques »  : […] Au moment où les cinéastes américains captent la lumière crue du soleil californien, les réalisateurs suédois découvrent à leur tour la magie du paysage naturel. À propos du Trésor d'Arne (1919), où Mauritz Stiller montrait un cortège funèbre cheminant sur les glaces qui enserrent la coque d'un navire, Léon Moussinac écrivait : « Avec quelle puis […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinema-aspects-generaux-histoire/#i_17437

GARBO GRETA (1905-1990)

  • Écrit par 
  • Claude BEYLIE
  •  • 988 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « De Stockholm à Hollywood »  : […] Née dans une famile modeste, orpheline à quatorze ans, Greta Gustafsson doit d'abord travailler comme vendeuse dans un grand magasin de Stockholm, au rayon des chapeaux de dame, avant de tourner dans quelques films publicitaires. Admise à l'Académie royale d'art dramatique, elle interprète bientôt le rôle de la comtesse Elisabeth Dohna dans La Lég […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/greta-garbo/#i_17437

SCANDINAVE CINÉMA

  • Écrit par 
  • Daniel SAUVAGET
  •  • 1 766 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'âge d'or du muet »  : […] Jusqu'à la Première Guerre mondiale, le cinéma danois est un des premiers producteurs mondiaux. Les réalisateurs August Blom, Urban Gad, Viggo Larsen, Robert Dinesen tournent des mélodrames et des drames romantiques d'atmosphère parfois fantastique, dominés par des figures de femmes émancipées qui préfigurent l'archétype de la vamp, où excellent As […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinema-scandinave/#i_17437

Pour citer l’article

Hubert HARDT, « STILLER MAURITZ - (1883-1928) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/mauritz-stiller/