SENDAK MAURICE (1928-2012)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né en 1928 à Brooklyn, fils d'émigrés juifs polonais, Sendak hérite d'une double culture : son père, conteur inspiré, lui transmet le patrimoine oral d'Europe de l'Est tandis que Mickey, Little Nemo, les films populaires, la ville de New York imprègnent pêle-mêle son imaginaire. Il commence une carrière d'illustrateur de textes pour enfants dans les années 1950, mais c'est en 1960 qu'il affirme un style graphique redevable aux écoles d'illustration victoriennes mais cependant très personnel. Son itinéraire part du noir et blanc à peine soutenu parfois par de la couleur et aboutit à une esthétique très picturale.

La série de Petit-Ours (5 vol., 1957) appartient au cycle victorien par la technique (dessin à la plume, imitant la taille-douce) et l'inspiration. Le personnage enfantin de Petit-Ours, à la forme douce et attendrissante, évolue dans un contexte du xixe siècle où vêtements et objets appartiennent au passé ; seul le message psychologique est d'actualité : la fusion affective de l'ourson avec les siens.

En 1960 apparaît Rosie, la gosse de Brooklyn, petite fille énergique qui impose son ascendant aux enfants du quartier par son imagination. Déjà émerge dans cet album la fonction ludique, décapante : le trait vigoureux, sans fioritures, souligne la vitalité des protagonistes totalement impliqués dans leurs activités. En indiquant que « les enfants ont besoin d'évoquer certains jeux afin de combattre une réalité redoutable pour eux : leur vulnérabilité à la peur, à la colère, à la haine, à la frustration... », Sendak livre une clé de son imaginaire qui surgit avec force dans Max et les Maximonstres (1963). Cet album passera pour le manifeste unanimement acclamé de la révolution graphique et culturelle du livre pour enfants et Sendak lui-même le proclame son premier vrai livre, consacré d'ailleurs par la Caldecott Medal, récompense accordée au meilleur album pour enfants. Voyage fantasmagorique au pays des monstres, le récit culmine avec une bacchanale sous la lune : la symbolique d [...]

Max et les maximonstres, M. Sendak

Max et les maximonstres, M. Sendak

Photographie

Couverture de l'album de Maurice Sendak «Max et les maximonstres» (1963). 

Crédits : D.R./ Editions L'Ecole des Loisirs

Afficher

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  SENDAK MAURICE (1928-2012)  » est également traité dans :

BRUNHOFF JEAN DE (1899-1937)

  • Écrit par 
  • Laura NOESSER
  •  • 1 224 mots

Conteur et illustrateur, Jean de Brunhoff appartient à une famille d'origine balte et suédoise d'éditeurs et de rédacteurs de revues d'art (son père avait édité le Programme des Ballets russes de Diaghilev). Élève de l'atelier d'Othon Friesz, il peint dans une veine impressionniste quand un incident donne une tout autre orientation à sa carrière : il entend sa femme raconter […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-de-brunhoff/#i_95976

Pour citer l’article

Laura NOESSER, « SENDAK MAURICE - (1928-2012) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/maurice-sendak/