VLAMINCK MAURICE DE (1876-1958)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Issu d'une famille d'origine flamande, Maurice de Vlaminck vint à la peinture sans passer par les écoles ni par les académies. Aîné de cinq enfants, élevé dans un milieu de mélomanes et de bohèmes, il chercha longtemps sa voie dans la musique avant de s'intéresser aux arts plastiques. Il avait une douzaine d'années lorsqu'il commença à peindre des paysages représentant les bords de la Seine, mais ses premières leçons lui furent données par un artiste académique, Robichon. C'est seulement après sa rencontre avec Derain (1899 ou 1900) que Vlaminck, jusque-là simple amateur, se consacre véritablement à la peinture. Vers la même époque, il s'intéresse à la « doctrine » anarchiste qui semble satisfaire son tempérament insoumis et anticonformiste. Il écrira d'ailleurs plusieurs articles pour le journal Le Libertaire.

En 1901, Derain entraîne Vlaminck dans une galerie, à l'occasion de la rétrospective Van Gogh. Onze ans après la mort du peintre hollandais, cette exposition révélait aux jeunes artistes des œuvres capitales telles que L'Arlésienne, La Nuit étoilée, ou La Chambre à coucher. Rencontre décisive plus encore pour Vlaminck que pour Derain, dont la démarche était déjà affermie. En Van Gogh, Vlaminck reconnaît un peintre d'instinct qui, sans avoir recours à une démarche intellectuelle, utilise la couleur pure comme mode d'expression privilégié. Cette violence chromatique ne cessera de hanter Vlaminck dont la formation d'autodidacte s'accommode mal de toute discipline et de toute règle. À partir de cette époque, le peintre va étaler ses couleurs avec violence, remplaçant intégralement le dessin par l'utilisation des tons purs (Les Bords de la Seine, à Nanterre, 1901, coll. part., Genève). Au cours des années suivantes, l'artiste va s'attacher à résoudre deux problèmes essentiels : il cherche, d'une part, à élaborer une nouvelle conception de la lumière et de la couleur, d'autre part, à abandonner la division du ton. Il donne alors une série de toiles capitales : Les Jardins à Chatou (1904) ; Le Paysage aux arbres rouges (1906, musée national d'Art moderne) ; Bord de [...]

La Nuit étoilée, V. Van Gogh

La Nuit étoilée, V. Van Gogh

Photographie

Vincent Van Gogh, La Nuit étoilée, 17-18 juin 1889. Huile sur toile. 73,7 cm X 92,1 cm. The Museum of Modern Art, New York. 

Crédits : Erich Lessing/ AKG

Afficher

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : professeur d'histoire de l'art à l'université de Paris-Ouest-Nanterre-La Défense

Classification


Autres références

«  VLAMINCK MAURICE DE (1876-1958)  » est également traité dans :

DERAIN ANDRÉ (1880-1954)

  • Écrit par 
  • Michel HOOG
  •  • 1 262 mots

Dans le chapitre « Derain et le fauvisme »  : […] Derain est né en 1880, à Chatou, près de Paris. Ses débuts avant le fauvisme sont difficiles à saisir. Lié avec Matisse depuis le temps où ils travaillaient ensemble à l'académie Carrière (1898-1899), ami de Vlaminck depuis 1900 (il s'agit d'ailleurs d'une amitié orageuse et à éclipses), jusqu'en 1904 il cherche sa voie à travers des influences […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/andre-derain/#i_9803

FAUVISME

  • Écrit par 
  • Michel HOOG
  •  • 4 010 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Historique »  : […] Quand les fauves se manifestèrent comme tels en 1905, ce fut pour la critique, et surtout pour le public, une découverte ; en fait, la plupart d'entre eux travaillaient depuis quelques années déjà dans un esprit révolutionnaire et exposaient ici et là, notamment à la galerie Berthe Weil. C'est autour de Matisse, que son âge et son autorité intellec […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fauvisme/#i_9803

Pour citer l’article

Charles SALA, « VLAMINCK MAURICE DE - (1876-1958) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/maurice-de-vlaminck/