ALEMÁN MATEO (1547-env. 1615)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La dialectique de la miséricorde et de la justice

Une dialectique soutenue de la miséricorde et de la justice, telle est la grande loi interne du Guzmán de Alfarache. Dans le contexte d'une série d'instructions judiciaires et de procès se développe le débat central, magnifiquement orchestré par les différentes modulations des thèmes de la justice, du pardon, de la vengeance ou de la miséricorde ; c'est à lui-même et c'est à nous, jurés sans visage, que songe le gueux lorsqu'il nous rapporte les paroles du vieux prêtre, les malheurs d'Ozmín ou encore ceux de Dorotea, et, à chaque page, nous retrouvons ce passé qui pèse sur la conscience, sécrète cette obsession lancinante de la miséricorde et de la justice, traduite en termes de contrition, mais aussi, à un niveau supérieur, l'inquiétude qu'entretien l'imagination de l'au-delà.

Guzmán, tout coupable qu'il est, ne sera point condamné : la miséricorde de Dieu est descendue sur lui ; touché par la grâce, il a pu se reprendre et espère se racheter mais c'est notre compassion qu'il implore, pour lui et pour ses semblables, en nous démontrant d'abord que « nous sommes tous des Guzmán en puissance », d'où ce vigoureux et constant mouvement de généralisation qui tire le récit, les placages, les exemples et les chistes (saillies) vers l'exemplarité. D'autre part, en immergeant son personnage (selon des procédés dont il souligne à plusieurs reprises l'utilisation) dans une société qu'il critique, et en le faisant, manifestement, évoluer en fonction de ces forces externes qui pèsent sans cesse sur lui, infléchissent ses actes et l'amènent finalement à se perdre, Mateo Alemán témoigne de la conscience qu'il a de la responsabilité collective. L'individu contaminé est moins coupable que ceux qui, par leur incapacité ou leur indifférence, ont laissé l'épidémie se répandre. On voit par là que le double système satirique, les charges du moraliste et les développements de la critique sociale, viennent à leur tour s'intégrer dans ce puissant mouvement dialectique qui correspond à la structure [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : docteur d'État, professeur titulaire à l'université Paul-Valéry, Montpellier

Classification

Autres références

«  ALEMÁN MATEO (1547-env. 1615)  » est également traité dans :

ESPAGNE (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Jean CASSOU, 
  • Corinne CRISTINI, 
  • Jean-Pierre RESSOT
  •  • 13 803 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le roman picaresque »  : […] L'archiprêtre et La Célestine préludent à ce nouveau genre littéraire, d'un schéma rigoureux, dont le modèle est fourni par le Lazarillo de Tormes (premières éditions connues : 1554). L'un des chefs-d'œuvre en est le Guzmán de Alfarache de Mateo Alemán, dont le succès en Espagne et à l'étranger, surtout en Angleterre, fut énorme. Un autre, le Buscón de Quevedo, sans doute le plus outrancier, celu […] Lire la suite

LÓPEZ DE ÚBEDA FRANCISCO (XVIe s.)

  • Écrit par 
  • Monique JOLY
  •  • 458 mots

Sur le médecin qui exerce dans les milieux courtisans et qui place ostensiblement son livre, La Narquoise Justine ( Libro de entretenimiento de la picara Justina , 1605), sous la protection du tout-puissant favori de Philippe III, Don Rodrigo Calderón, on ne sait rien de plus que ce que son œuvre nous apprend. Celle-ci est un produit hybride. D'une part, elle est l'une des premières à s'afficher […] Lire la suite

PICARESQUE ROMAN

  • Écrit par 
  • Maurice MOLHO
  •  • 2 139 mots

Dans le chapitre « Le modèle picaresque »  : […] Quarante-cinq ans séparent la Vie de Lazarillo de Tormes de la Vie de Guzman d'Alfarache de M.  Alemán, ouvrages de fondation où se définit dans toute sa profondeur le modèle picaresque. Ce modèle consiste à instituer la fiction d'un personnage qui, né dans une abjection insurmontable, s'exerce à mettre en question, à travers le récit de ses expériences, le code moral et social qui lui interdit, e […] Lire la suite

Pour citer l’article

Edmond CROS, « ALEMÁN MATEO (1547-env. 1615) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/mateo-aleman/