BARRÉ MARTIN (1924-1993)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Peintre abstrait ayant réduit le geste de l'artiste à une forme minimale, Martin Barré fait partie de cette génération de peintres, qui, dans les années 1950, ont orienté toutes leurs recherches vers l'abstraction. Si, par sa rigueur et sa radicalité, on l'a parfois placé dans la lignée de Mondrian ou de Malevitch, il n'a cependant jamais adhéré aux mouvements du néo-plasticisme et du suprématisme et est toujours resté en dehors de toute école. Menant de manière très originale et personnelle ses propres recherches, il s'est éloigné de l'abstraction lyrique en vogue à son époque en proposant une peinture abstraite moins outrée. Refusant de penser qu'un tableau puisse représenter quoi que ce soit – une idéologie, l'espace qui l'entoure, etc. – il n'a cessé d'affirmer dans ses œuvres que la peinture est une réflexion sur l'espace du tableau où elle se fait, une peinture qui puise avant tout à sa propre histoire et se construit à partir de ses propres avatars.

Un abstrait entre lyrisme et géométrie

Né le 22 septembre 1924 à Nantes, d'un père architecte qui l'a sans doute éveillé au sens de l'espace à l'échelle humaine, Martin Barré commence des études à l'école des Beaux-Arts de Nantes mais rejoint Paris, dès 1948, où il fréquente assidûment les musées et les quelques galeries d'avant-garde, tout en survivant grâce à de petits métiers. C'est en 1955 qu'il se manifeste véritablement en tant qu'artiste, à la galerie La Roue, avec une exposition de toiles abstraites structurées par des figures frontales assez géométriques, aux couleurs neutres. Dans le Paris artistique de l'époque règnent l'art informel et l'abstraction lyrique – dont Serge Poliakoff et Georges Mathieu sont parmi les principaux représentants –, et l'on y célèbre plus le geste spontané qui jette le pigment sur la toile et l'exploitation d'une matière « primitive » – telle que Dubuffet ou Fautrier l'utiliseront – qu'une abstraction géométrique jugée austère, héritée de Malévitch et de Mondrian. Les construct [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : historienne de l'art, critique d'art, conservateur de la collection d'art moderne de Renault

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Ann HINDRY, « BARRÉ MARTIN - (1924-1993) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/martin-barre/