CARNOT MARIE FRANÇOIS SADI, dit SADI-CARNOT (1837-1894)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Homme d'État français né le 11 août 1837 à Limoges (Haute-Vienne), mort le 24 juin 1894 à Lyon (Rhône).

Marie François Sadi Carnot est le fils d'Hippolyte Carnot, député de la gauche républicaine et opposant virulent au régime de la monarchie de Juillet (1830-1848) devenu ministre d'État sous la IIe République, et le petit-fils de Lazare Carnot, révolutionnaire organisateur de la victoire de l'an II en 1793. Il suit des études d'ingénieur à l'École polytechnique, puis à l'École nationale des ponts et chaussées. Après avoir servi comme ingénieur en chef à Annecy sous le second Empire, il entame une carrière politique peu après la proclamation de la IIIe République. Il est nommé commissaire extraordinaire pour la basse Normandie, chargé par le gouvernement de la Défense nationale d'y organiser la résistance pendant la guerre franco-allemande de 1870. Il exerce les fonctions de préfet de la Seine-Inférieure (aujourd'hui Seine-Maritime) pendant une courte période, avant d'être élu député de la Côte-d'Or en 1871. Siégeant à la Chambre dans les rangs de la gauche républicaine, Carnot concentre ses efforts sur les travaux publics et le développement du chemin de fer.

Il est nommé sous-secrétaire d'État aux Travaux publics en 1878, puis ministre des Travaux publics en 1880. Élu vice-président de la Chambre des députés en 1883, il devient ministre des Finances en 1885. Il est élu président de la République en 1887 sans avoir spécialement aspiré à cette charge.

Le septennat de Sadi-Carnot est marqué par la crise boulangiste, l'éveil du mouvement ouvrier, les attentats anarchistes et le scandale du canal de Panamá (1892). Sa popularité perdure néanmoins, à travers dix cabinets successifs en sept années de présidence. Sadi-Carnot est mortellement blessé par l'anarchiste italien Santo Jeronimo Caserio à l'issue d'un discours prononcé lors d'une exposition à Lyon. Il repose au Panthéon, au côté de son illustre grand-père.

—  Universalis

Classification


Autres références

«  CARNOT MARIE FRANÇOIS SADI, dit SADI-CARNOT (1837-1894)  » est également traité dans :

CARNOT LAZARE NICOLAS MARGUERITE (1753-1823)

  • Écrit par 
  • Jan SEBESTIK
  •  • 1 449 mots
  •  • 1 média

Dans les manuels d'histoire, la grande figure de l'« Organisateur de la victoire » plane, seule respectable, bien au-dessus des figures sanguinaires de la Révolution. Fils d'un avocat et notaire bourguignon, Lazare Carnot fait de bonnes études secondaires à Autun, entre à dix-huit ans à l'École du génie de Mézières, arrive en garnison en 1783 comme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lazare-nicolas-marguerite-carnot/#i_50500

CASERIO SANTO JERONIMO (1873-1894)

  • Écrit par 
  • Paul CLAUDEL
  •  • 155 mots

Fils d'un batelier, Caserio est né en Lombardie. Devenu apprenti boulanger, il se convertit à l'anarchisme à une période où le terrorisme anarchiste italien connaît son apogée. Ses activités politiques lui valent une condamnation puis l'exil. Il exerce son métier à Lyon, à Vienne et à Sète. C'est dans cette dernière ville qu'il a l'idée d'accomplir […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/santo-jeronimo-caserio/#i_50500

TROISIÈME RÉPUBLIQUE

  • Écrit par 
  • Louis GIRARD
  •  • 14 385 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « Le boulangisme (1885-1889) »  : […] Le régime semble usé. Ferry est détesté ; faute de candidat valable, Grévy est réélu président en 1885. Depuis la mort du prince impérial (1879) et celle du comte de Chambord (1883), le comte de Paris, petits-fils de Louis-Philippe, fait seul figure de prétendant. Les royalistes s'intitulent conservateurs et font preuve d'un dynamisme retrouvé. Uni […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/troisieme-republique/#i_50500

TRUCHE PIERRE (1929- )

  • Écrit par 
  • Antoine GARAPON
  •  • 1 521 mots

L'image de Pierre Truche est spontanément associée au procès Barbie. L'y réduire constituerait non seulement une injustice mais surtout un contresens. Il aime à rappeler, en effet, que les procès extraordinaires doivent se traiter « à l'ordinaire », c'est-à-dire comme les autres. Il a abordé le crime contre l'humanité comme n'importe quel procès : […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-truche/#i_50500

Pour citer l’article

« CARNOT MARIE FRANÇOIS SADI, dit SADI-CARNOT (1837-1894) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/marie-francois-sadi-carnot/