RAJOY MARIANO (1955- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

D’« homme de confiance » à président du gouvernement

Mariano Rajoy déménage alors à Madrid, où il est nommé, en 1989, vice-secrétaire général du parti, avec comme première et délicate mission de conduire la campagne pour les élections au Pays basque en 1990. Il devient l’« homme de confiance » de José María Aznar, pour qui il travaille au renouvellement du PP comme formation de centre droit et dont il devient le directeur de campagne lors des élections générales de 1993, puis de 1996, année où le PP réussit enfin à l’emporter face aux socialistes et à arriver au pouvoir. José María Aznar devient ainsi président du gouvernement ; il nomme Mariano Rajoy ministre des Administrations publiques. La même année, Mariano Rajoy se marie avec Elvira Fernández Balboa, avec qui il aura deux enfants. Au sein de son ministère, Mariano Rajoy poursuit le transfert des compétences vers les régions autonomes. En 1999, il est nommé ministre de l’Éducation et de la Culture, et lance une réforme concernant les sciences humaines dans l’enseignement secondaire, laquelle ne verra finalement pas le jour.

Mariano Rajoy est à nouveau directeur de la campagne victorieuse d’Aznar lors des élections générales de 2000. Il est nommé ministre de la Présidence et vice-président du gouvernement puis, en 2001, ministre de l’Intérieur. Il doit gérer trois crises majeures : un conflit de souveraineté, avec l’occupation par l’armée marocaine de l’îlot du Persil ; la marée noire due au naufrage du Prestige qui couvre de mazout les côtes galiciennes ; enfin, la participation espagnole à la guerre d’Irak, contre les avis de l’opposition et de l’opinion publique. José María Aznar, qui ne souhaite pas briguer un troisième mandat, renouvelle sa confiance envers Rajoy en le désignant, en septembre 2003, candidat du PP à la présidence du gouvernement.

Mais le résultat des élections générales de mars 2004 bascule en faveur des socialistes à la suite des attentats du 11 mars à Madrid. Mariano Rajoy devient le chef de l’opposition et se livre à une critique systématique de la [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : professeur des Universités à l'université de Paris-VIII, membre de l'Institut universitaire de France

Autres références

«  RAJOY MARIANO (1955- )  » est également traité dans :

ESPAGNE (Le territoire et les hommes) - Le retour à la démocratie

  • Écrit par 
  • Guy HERMET, 
  • Mercedes YUSTA RODRIGO
  •  • 10 708 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « De la crise économique à la crise politique »  : […] Malgré ces tensions, le P.S.O.E. remporte les élections législatives de mars 2008 avec une marge confortable (43,9 p. 100 des votes face à 39,9 p. 100 pour le P.P.). Mais la crise économique mondiale, déclenchée en 2007 par la crise des subprimes aux États-Unis et l'effondrement de la banque Lehman Brothers, va toucher l'Espagne dès la fin de 2008. L'économie espagnole, qui repose essentiellement […] Lire la suite

ESPAGNE (Le territoire et les hommes) - Économie

  • Écrit par 
  • Nacima BARON, 
  • Sabine LE BAYON
  •  • 8 410 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « 2012 : L'Europe au secours des finances espagnoles »  : […] À partir du printemps 2012, les chefs d’État européens organisent une mobilisation politique intense pour sauver l'euro. Le nouveau président du gouvernement, Mariano Rajoy, obtient l'assurance que le refinancement de la dette sera sécurisé par une opération qui consolidera en même temps les banques espagnoles. La Banque centrale européenne émet des eurobons en direction des établissements financ […] Lire la suite

Les derniers événements

28 avril 2019 Espagne. Victoire socialiste aux élections législatives.

Mariano Rajoy (Parti populaire, PP, conservateur) en juin 2018 et du rejet du budget par le Congrès des députés en février. Le PSOE progresse, obtenant 28,7 p. 100 des suffrages et 123 sièges sur 350. Avec 16,7 p. 100 des voix et 66 élus, le PP de Pablo Casado s’effondre. Ciudadanos (centre droit) d’Albert Rivera est en léger progrès avec 15,9 p. 100 […] Lire la suite

1er-13 juin 2018 Espagne. Élection du socialiste Pedro Sánchez à la tête du gouvernement.

Mariano Rajoy. Celle-ci avait été déposée par le secrétaire général du Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE) Pedro Sánchez à la suite de la condamnation, en mai, du Parti populaire (PP) au pouvoir dans le procès de l’« affaire Gürtel ». La motion recueille 180 voix contre 169 – celles des élus du PP et de Ciudadanos – et une abstention. Pedro Sánchez […] Lire la suite

24 mai 2018 Espagne. Condamnation du Parti populaire dans le procès de l'« affaire Gürtel ».

Mariano Rajoy elle-même qui doit restituer près de 250 000 euros de financement illégal. Le président de Ciudadanos Albert Rivera annonce son intention de reconsidérer ses relations avec le gouvernement minoritaire de Mariano Rajoy, tandis que le Parti socialiste ouvrier espagnol de Pedro Sanchez dépose une motion de défiance contre le gouvernement […] Lire la suite

3-4 mai 2018 Espagne. Dissolution de l'ETA.

Mariano Rajoy annonce la poursuite des actions judiciaires à son encontre. Le 4, la dissolution de l’ETA est officialisée à Cambo-les-Bains (Pyrénées-Atlantiques), lors d’une conférence parrainée par des personnalités internationales. […] Lire la suite

8 mars 2018 Espagne. Mobilisation en faveur de l'égalité salariale.

Mariano Rajoy refusent de travailler par solidarité. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Mercedes YUSTA RODRIGO, « RAJOY MARIANO (1955- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 octobre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/mariano-rajoy/