LARRA MARIANO JOSÉ DE (1809-1837)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

En un combat solitaire et sans issue, Mariano José de Larra y Sánchez de Castro, qui porte en lui-même Figaro et Antony, tourne ses armes – l'humour, le sarcasme, le sous-entendu – contre ses compatriotes qu'il raille plus qu'il ne les décrit, contre les hommes d'État qui déçoivent ou trahissent, contre l'Espagne tout entière qu'il fustige parce qu'il la voudrait autre, contre lui-même enfin : précocement usé à vingt-huit ans, il conclut par un suicide au pistolet une existence ballottée qui ne peut être réduite à une forme de romantisme vécu.

Contradictions et tourments

Intransigeant dans son refus du lyrisme, il laisse affleurer dans ses articles de presse, plus encore que dans ses drames et ses poésies, des aveux qui révèlent un être écartelé et déraciné : européen à Madrid, où il naquit et mourut, il est fièrement espagnol à Londres et à Paris ; il ne croit pas en la femme, non plus qu'en l'ami, mais se voue à une passion adultère, exclusive et tourmentée ; il place sa foi politique dans le concept de « liberté », mais retire sa confiance aux libéraux ; il cultive en secret un narcissisme de dandy, mais nourrit ses articles d'observations si minutieuses que le moindre objet, dans les mains du savetier ou de la chiffonnière, en est comme magnifié ; il affirme l'utilité sociale de la religion catholique, mais pousse l'hétérodoxie jusqu'à célébrer les vertus du protestantisme ; il se supplicie en clouant au pilori, dans une de ses critiques théâtrales, l'Antony d'Alexandre Dumas, dont il est le frère à bien des égards.

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  LARRA MARIANO JOSÉ DE (1809-1837)  » est également traité dans :

COSTUMBRISME, littérature

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 391 mots

Dans la littérature espagnole, le costumbrismo désigne l'intérêt porté à la description des us et coutumes ( costumbres ) d'une région, d'un milieu, d'une société. De façon générale, il s'agit d'une constante de la littérature espagnole depuis le Moyen Âge et la Renaissance (archiprêtre de Hita, López de Ayala, El Corbacho , […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/costumbrisme-litterature/#i_14592

ESPAGNE (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Jean CASSOU, 
  • Corinne CRISTINI, 
  • Jean-Pierre RESSOT
  •  • 13 803 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le romantisme »  : […] Le romantisme est également une période où les influences et les échanges semblent mêler l'Espagne aux courants européens. Ainsi y a-t-il du byronisme dans le lyrisme passionné d'Espronceda (1808-1842). Ainsi y a-t-il du ton des ballades des romantiques européens dans les poèmes légendaires de José Zorrilla (1817-1893). Mais ils sont aussi de saveur espagnole et le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/espagne-arts-et-culture-la-litterature/#i_14592

ESPRONCEDA JOSÉ DE (1808-1842)

  • Écrit par 
  • Robert MARRAST
  •  • 917 mots

La vie, l'œuvre et l'action d'Espronceda se situent dans une époque où l'Espagne est agitée de forts soubresauts : après la guerre de l'Indépendance et la restauration de 1814, vint l'expérience constitutionnelle de 1820-1823. Espronceda est d'abord l'élève d'Alberto Lista (1775-1848), pédagogue et poète qui inculque les principes du néo-classicisme à ses disciples réunis au sein de l'académie du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jose-de-espronceda/#i_14592

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-René AYMES, « LARRA MARIANO JOSÉ DE - (1809-1837) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/mariano-jose-de-larra/