LARRA MARIANO JOSÉ DE (1809-1837)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'Espagne malade

Sa versatilité, son goût pour le dédoublement, l'obligation de berner la censure gouvernementale le portent à user de pseudonymes, dont l'un, « Fígaro », sera retenu par la postérité, de préférence au Duende satírico del día (Le Lutin satirique moderne) ou au Pobrecito Hablador (Le Pauvre Babillard), titres de deux revues éphémères qu'il avait créées. Il abandonne à son compatriote Mesonero Romanos la peinture de mœurs qui égratigne élégamment des travers bénins ; de fait, il s'inspire de Balzac en introduisant en Espagne la technique littéraire des « physiologies », appliquée notamment aux carlistes (plantes parasites et proliférantes), ou aux esprits supérieurs (« hommes-montgolfières ») qui font si cruellement défaut à l'Espagne. Le costumbrismo de Larra est à dérivations successives ; il devient réflexions morales ou politiques, quand il ne signifie pas, pour Fígaro, recherche désespérée de soi. Si les dégénérés du « beau monde », calaveras (viveurs cyniques et fanfarons) et señoritos (rejetons de grandes familles), sont malmenés, c'est que Larra, aristocrate lui-même, ne déteste que ses pairs. Il n'entend pas définir, quatre-vingts ans avant Unamuno, l'essence de l'Espagne éternelle, même si le savetier ou le castellano viejo (le castillan de vieille roche, patriote à tout crin) appartiennent au Siècle d'or autant qu'au xixe siècle. L'Espagne de Ferdinand VII et de Marie-Christine, privée d'une élite éclairée, s'abandonne pour l'heure à l'obscurantisme, à l'ineptie et au laisser-aller ; une société nivelée se constitue, envahie par les classes moyennes (« employés et prolétaires décents »). Croquis et interprétations d'une Espagne réduite à Madrid et amputée du peuple des campagnes et des ouvriers d'industrie, les articles de Fígaro forment également une chronique politique par allusions et commentaires ; plusieurs sont inspirés par la hantise du carlisme et la défense de la liberté de la presse. En 1834, Larra est sur le point de mener son combat depuis la tribune des Cortès ; la ruine de [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  LARRA MARIANO JOSÉ DE (1809-1837)  » est également traité dans :

COSTUMBRISME, littérature

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 391 mots

Dans la littérature espagnole, le costumbrismo désigne l'intérêt porté à la description des us et coutumes ( costumbres ) d'une région, d'un milieu, d'une société. De façon générale, il s'agit d'une constante de la littérature espagnole depuis le Moyen Âge et la Renaissance (archiprêtre de Hita, López de Ayala, El Corbacho , […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/costumbrisme-litterature/#i_14592

ESPAGNE (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Jean CASSOU, 
  • Corinne CRISTINI, 
  • Jean-Pierre RESSOT
  •  • 13 803 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le romantisme »  : […] Le romantisme est également une période où les influences et les échanges semblent mêler l'Espagne aux courants européens. Ainsi y a-t-il du byronisme dans le lyrisme passionné d'Espronceda (1808-1842). Ainsi y a-t-il du ton des ballades des romantiques européens dans les poèmes légendaires de José Zorrilla (1817-1893). Mais ils sont aussi de saveur espagnole et le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/espagne-arts-et-culture-la-litterature/#i_14592

ESPRONCEDA JOSÉ DE (1808-1842)

  • Écrit par 
  • Robert MARRAST
  •  • 917 mots

La vie, l'œuvre et l'action d'Espronceda se situent dans une époque où l'Espagne est agitée de forts soubresauts : après la guerre de l'Indépendance et la restauration de 1814, vint l'expérience constitutionnelle de 1820-1823. Espronceda est d'abord l'élève d'Alberto Lista (1775-1848), pédagogue et poète qui inculque les principes du néo-classicisme à ses disciples réunis au sein de l'académie du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jose-de-espronceda/#i_14592

Pour citer l’article

Jean-René AYMES, « LARRA MARIANO JOSÉ DE - (1809-1837) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/mariano-jose-de-larra/