Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

FORTUNY MARIANO (1838-1874)

Peintre, dessinateur et graveur, né à Reus en Catalogne. Orphelin très jeune, Mariano Fortuny y Marsal est élevé par son grand-père, qui l'initie au modelage de figurines en terre cuite. Après quelques années d'études à Barcelone, il obtient une pension de la Députation pour aller à Rome. En 1860, il est envoyé au Maroc rejoindre l'armée du général Prim pour peindre les principaux événements de la campagne. Séjour fécond pour l'artiste, fasciné par la lumière africaine et par les couleurs vives qui l'inspireront pour de nombreux tableaux de bataille (Bataille de Tetuán) et de scènes de mœurs (Le Maréchal-Ferrant). En 1867, il épouse Cecilia de Madrazo, fille du peintre le plus célèbre de Madrid. Il partage les sept années qui lui restent à vivre entre Rome, Grenade et Portici. À l'occasion de quatre brefs séjours à Paris, il rencontre H. Regnault, Meissonier et surtout le marchand Goupil, qui lui achètera de nombreux tableaux. Grâce à ce dernier, le Tout-Paris peut admirer en 1870 son chef-d'œuvre, Le Mariage espagnol (musée d'Art moderne, Barcelone), L'Amateur d'estampes (Barcelone) et Le Choix du modèle (Corcorana Gallery, Washington). Sa virtuosité se manifeste dans ses tableaux de petites dimensions, d'un graphisme nerveux et précis rehaussé par des coloris éclatants. Il note avec minutie les jeux de lumière sur les tissus soyeux et les objets métalliques, il insiste sur le scintillement des couleurs et de leurs reflets. Comme Meissonier, avec qui il a beaucoup d'affinités, il aime évoquer l'ambiance raffinée des époques antérieures, celle de la fin du xviiie siècle en particulier. Il est un des premiers artistes à remarquer des objets importés du Japon vendus rue de Rivoli et sur les quais de Naples et à s'en inspirer. Paravents aux dessins végétaux, meubles de bambou et kimonos l'enthousiasment et constituent le sujet d'un de ses derniers tableaux, Les Enfants du peintre dans le salon japonais (1874, Prado). Fortuny fut un grand collectionneur de céramiques, d'armes et d'objets mauresques. Il a laissé un nombre considérable de dessins au crayon, à la plume ou à l'aquarelle ; il a également pratiqué l'eau-forte.

— Claudie RESSORT

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

Classification

Pour citer cet article

Claudie RESSORT. FORTUNY MARIANO (1838-1874) [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • CATALOGNE

    • Écrit par Mathilde BENSOUSSAN, Christian CAMPS, John COROMINAS, Marcel DURLIAT, Robert FERRAS, Jean MOLAS, Jean-Paul VOLLE
    • 22 274 mots
    • 8 médias
    Jusqu'à la fin du xixe siècle, la peinture catalane avait tenu une place modeste. On avait cru déceler chez Marien Fortuny (1838-1874) un talent exceptionnel, mais l'auteur de La Vicaria (musée d'Art moderne de Barcelone) mourut avant d'avoir donné la plénitude de ses moyens.
  • ORIENTALISME, art et littérature

    • Écrit par Daniel-Henri PAGEAUX, Christine PELTRE
    • 10 996 mots
    • 8 médias
    ...n'y étaient jusqu'alors que partiellement associées et recourent aussi au registre réaliste. La vocation exotique s'empare au Maroc du Catalan Mariano Fortuny (1838-1874), alors qu'il doit commémorer les victoires de l'expédition espagnole (1860) commandée par le général Prim. Au grand panorama de la...

Voir aussi