MITCHELL MARIA (1818-1889)

Maria Mitchell est la première femme astronome professionnelle des États-Unis.

Née le 1er août 1818 à Nantucket, dans le Massachusetts, Maria Mitchell suit principalement l'enseignement de son père, homme de grande culture qui lui insuffle sa passion pour l'astronomie, en lui permettant notamment d'utiliser seule le télescope qu'il possède ; encore enfant, elle l'aide à évaluer les chronomètres qui sont utilisés par la flotte baleinière de Nantucket. De 1836 à 1856, Maria Mitchell exerce la profession de bibliothécaire au Nantucket Atheneum, tout en poursuivant ses observations astronomiques la nuit.

Le 1er octobre 1847, elle découvre une nouvelle comète « télescopique » (c'est-à-dire trop faible pour être discernable à l'œil nu) ; cette comète, initialement désignée 1847 VI, et surnommée « Miss Mitchell's Comet », est aujourd'hui identifiée comme C/1847 T1. Cette découverte lui vaut la reconnaissance immédiate de la part de la communauté scientifique et, l'année suivante, elle devient la première femme élue à l'American Academy of Arts and Sciences. En 1849, elle est nommée calculatrice pour l'American Ephemeris and Nautical Almanac de l'American Nautical Almanac Office ; un an plus tard, elle devient la première femme membre de l'American Association for the Advancement of Science. Sous la houlette d'Elizabeth Peabody, un groupe de femmes influentes lui offre en 1858 un grand télescope à monture équatoriale. Les féministes exploiteront dès lors très habilement les accomplissements de Maria Mitchell. De 1857 à 1858, l'astronome voyage à travers l'Europe, où elle rencontre de nombreux scientifiques de renom. En 1861, elle s'installe avec son père, veuf, dans la ville de Lynn, à une quinzaine de kilomètres de Boston.

En 1865, incitée par son père, elle accepte avec une certaine réticence un poste au Vassar Female College, fondé quelques années auparavant à Poughkeepsie, dans l'État de New York. Cumulant les fonctions de directrice de l'observatoire de ce collège et de professeur d'astronomie, elle est le membre du corps enseignant le plus important durant les premières années d'existence de la nouvelle institution. Plusieurs de ses élèves, parmi lesquelles Christine Ladd-Franklin et Ellen Swallow Richards, témoigneront de l'influence extraordinaire qu'elle a exercée en tant qu'enseignante et qu'exemple pour les femmes.

Maria Mitchell est une pionnière de la photographie des taches solaires : elle est la première à montrer qu'il ne s'agit pas, contrairement à ce que l'on pensait jusqu'alors, de « nuages » mais de structures convectives. Elle étudiera également les comètes, les nébuleuses, les étoiles doubles, les éclipses solaires ainsi que les satellites de Saturne et de Jupiter. Élue membre de l'American Philosophical Society en 1869, Maria Mitchell est l'une des fondatrices de l'Association for the Advancement of Women (1873), dont elle assurera la présidence en 1875 et 1876. Handicapée par une santé fragile, Maria Mitchell quitte le Vassar Female College en 1888 et meurt le 28 juin 1889, dans la ville de Lynn.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Classification

Pour citer l’article

« MITCHELL MARIA - (1818-1889) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/maria-mitchell/