CARAUSIUS MARCUS AURELIUS VALERIUS (250 env.-293)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

À la fin du iiie siècle, l'Empire romain est cerné par les peuples barbares, qui font pression sur ses frontières quand ils ne pénètrent pas sur son territoire. Débordés par l'ampleur des périls, incapables de colmater les brèches sur tous les limes, les empereurs sont contraints d'accepter pour un temps les usurpateurs qui, de l'est à l'ouest, du nord au sud, revêtent certes illégalement la pourpre mais continuent à défendre l'Empire contre les invasions. C'est notamment le cas de Postumus et de Tetricus en Gaule, de Domitianus en Égypte et, enfin, de Carausius en Bretagne (la Grande-Bretagne actuelle). Carausius, né à Menapia en Belgique, est entré dans l'armée romaine qu'il a servie avec zèle ; il a participé à la répression de l'insurrection des Bagaudes, sorte de jacquerie provoquée par les crises économiques successives qui ravagent l'Empire. L'empereur Maximien, collègue de Dioclétien charge Carausius d'assurer la police des mers sur la Manche infestée de pirates. En 286, Carausius se proclame empereur en Bretagne et se déclare troisième auguste et « frère » de Dioclétien et de Maximien. Il gouverne non seulement l'Angleterre actuelle, mais aussi le pays des Frisons et le nord de la Gaule. Cet état de fait, qu'acceptent à contre- cœur les autorités impériales, légales mais encore impuissantes, durera jusqu'en 293. L'empereur Constance Chlore entreprend alors la reconquête du domaine de Carausius qui est assassiné par un concurrent, Allectus. Ce dernier sera tué par les troupes de Constance Chlore en 296. Carausius, comme tous les usurpateurs de la fin du iiie siècle, n'a jamais été mis au ban de l'histoire. Il fut nécessaire pendant quelques années à la survie de l'Empire, avant que celui-ci ne se donne, avec Dioclétien et la tétrarchie, les moyens institutionnels d'une politique à long terme.

—  Joël SCHMIDT

Écrit par :

  • : diplômé d'études supérieures d'histoire, directeur de collections historiques

Classification


Autres références

«  CARAUSIUS MARCUS AURELIUS VALERIUS (250 env.-293)  » est également traité dans :

GAULE

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DEMOULE, 
  • Jean-Jacques HATT
  •  • 26 409 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les guerres civiles en Gaule »  : […] Les guerres civiles déclenchées après la mort de Commode (192) eurent en partie pour théâtre la Gaule, où Albinus avait soulevé les armées de Germanie, jointes à celles de Bretagne et d'Espagne. La fin de la guerre fut marquée, en 197, par une bataille livrée sous les murs de Lyon, à l'issue de laquelle Albinus, battu, se suicida. Le règne de Septime Sévère est caractérisé par un énergique redres […] Lire la suite

Pour citer l’article

Joël SCHMIDT, « CARAUSIUS MARCUS AURELIUS VALERIUS (250 env.-293) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/marcus-aurelius-valerius-carausius/