RAIMONDI MARCANTONIO, dit MARC-ANTOINE (1480 env.-entre 1527 et 1534)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né à Bologne, Marc-Antoine Raimondi est l'élève de Francia, qui lui apprend l'art du nielle et de la gravure. Ses premières œuvres personnelles ou ses gravures de reproduction (il grave trente-trois pièces d'après Francia) sont marquées par son premier maître mais aussi par l'art de Florence et de Padoue. Sous l'influence de Lucas de Leyde, il souligne durement les contours. En 1506, lors d'un séjour à Venise, il étudie Dürer et, pour les frères Domenico et Nicoló de Jesu, il grave la Vie de la Vierge (selon Vasari, la Signorie de Venise l'accuse de contrefaçon et l'oblige à introduire son monogramme gravé à côté de celui de Dürer). C'est à Venise que Marc-Antoine apprend le luminisme qui donne désormais à ses vues une douceur morbide (Songe de Raphaël). En 1508, à Florence, séduit par le carton de Michel-Ange pour la Bataille de Cascina dont il grave plusieurs figures (Les Grimpeurs), il s'en inspire pour Vénus, Mars et l'Amour. En 1510 à Rome, Marc-Antoine se lie avec Raphaël, qu'il interprète désormais avec ferveur (trente-quatre pièces : son chef-d'œuvre est Le Massacre des Innocents). Emprisonné pour avoir gravé des dessins licencieux de Jules Romain, poursuivi par la haine de Bandinelli, ruiné enfin par le sac de Rome (1527) au cours duquel son atelier est dévasté (son élève Marco Dente y trouve la mort), contraint de rembourser une forte somme pour sauver sa propre vie, Marc-Antoine se réfugie à Mantoue qu'il quitte pour Bologne, où il meurt dans la misère. Ses cuivres sont volés par ses élèves ou par ses éditeurs, en particulier Agostino Veneziano.

—  Sylvie BÉGUIN

Écrit par :

  • : conservateur en chef au département des Peintures du musée du Louvre

Classification


Autres références

«  RAIMONDI MARCANTONIO, dit MARC-ANTOINE (1480 env.-entre 1527 et 1534)  » est également traité dans :

DÜRER ALBRECHT (1471-1528)

  • Écrit par 
  • Pierre VAISSE
  •  • 4 517 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Le moment classique de la peinture allemande »  : […] Par la puissance de son génie, Dürer a dominé sa génération, et seul Grünewald semble avoir échappé à son ascendant. Ses œuvres de jeunesse, en particulier l' Apocalypse , sont sinon la seule, du moins l'une des principales causes du changement profond de style intervenu dans la peinture allemande après 1500. Baldung, Cranach, Altdorfer, Wolf Huber lui durent beaucoup. Mais, même s'ils lui restèr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/albrecht-durer/#i_18055

Pour citer l’article

Sylvie BÉGUIN, « RAIMONDI MARCANTONIO, dit MARC-ANTOINE (1480 env.-entre 1527 et 1534) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/marcantonio-raimondi/