INGEGNERI MARCANTONIO (1547 env.-1592)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Compositeur et organiste italien de l'école vénitienne, dont l'écriture contrapuntique est très personnelle. Ingegneri fut le maître de Monteverdi. Il a reçu vraisemblablement l'enseignement de Vincenzo Ruffo (1510 env.-1587), maître de chapelle à la cathédrale de Vérone, où il était enfant de chœur ; il fut peut-être aussi l'élève de Cyprien de Rore à Parme. En 1568, on le trouve à Crémone où il est premier organiste et chantre à la cathédrale ; en 1576, il est nommé musicis cathedralis praefectus puis maître de chapelle (1581). Monteverdi, qui était son élève à cette époque, lui dédia ses quatre premiers livres de madrigaux. Ingegneri fut le protégé de Grégoire XIV, à qui il dédia plusieurs compositions de musique sacrée, écrites selon les nouvelles directives du concile de Trente. En 1584-1585, il était maître de chapelle de Saint-Ambroise de Gênes, après quoi il se fixa à Crémone. De sa musique d'église, on peut citer les vingt-sept Responsoria Hebdomadae Sanctae, Benedictus et Improperia (à quatre voix) et le Miserere (à six voix), œuvres publiées en 1588, à Venise ; on attribua longtemps ces répons à Palestrina, mais notamment l'usage qui y est fait du chromatisme ne permettait pas de les laisser au compte du maître romain. On a encore de lui neuf messes (de cinq à huit voix), quatre livres de Sacrae cantiones, soit plus d'une centaine de motets (de quatre à seize voix), où le double ou triple chœur, avec accompagnement instrumental, est bien caractéristique du style vénitien par l'ampleur et la solennité. En musique profane, bien qu'il sache utiliser une harmonie subtile et un chromatisme raffiné, Ingegneri se distingue moins par ses nombreux madrigaux (huit livres) que par ses deux Arie di canzon francese per sonar, pour quatre instruments (des violes ?) ; avec Nicola Vicentino, il est, en effet, l'un des premiers compositeurs de canzoni francese.

—  Pierre-Paul LACAS

Écrit par :

  • : psychanalyste, membre de la Société de psychanalyse freudienne, musicologue, président de l'Association française de défense de l'orgue ancien

Classification


Autres références

«  INGEGNERI MARCANTONIO (1547 env.-1592)  » est également traité dans :

MONTEVERDI CLAUDIO

  • Écrit par 
  • Denis MORRIER, 
  • Edith WEBER
  •  • 3 984 mots
  •  • 1 média

Gombert, qui préconisent la prima prattica, il se rattache aussi à Cyprien de Rore, Marc'Antonio Ingegneri, Luca Marenzio, Jacopo Peri et Giulio Caccini, qui exploitent la seconda prattica. Cette proximité traduit deux attitudes opposées : ou la musique domine le texte, ou le texte détermine […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/claudio-monteverdi/#i_22413

Pour citer l’article

Pierre-Paul LACAS, « INGEGNERI MARCANTONIO (1547 env.-1592) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/marcantonio-ingegneri/