MANON LESCAUT, Abbé PrévostFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La passion selon Manon

Le plaidoyer de des Grieux est très habile, puisqu'il repose sur une idéalisation de sa liaison, traduite selon le code rhétorique classique de la passion tragique. La cavalcade à Saint-Denis avec Manon devient ainsi « l'ascendant de ma destinée qui m'entraînait à ma perte ». Cette fatalité revendiquée, qui se nourrit de discours idéologiques absolument contradictoires (code de l'honneur, libertinage d'esprit ou encore arguments de picaro où la tricherie est érigée en morale universelle), est censée dédouaner le « jeune aveugle », rompu à l'art d'apitoyer ses interlocuteurs. Une des grandes innovations du roman est la présence contiguë des discours passionnés de des Grieux et des détails les plus prosaïques (l'argent, les objets du quotidien, les vêtements), voire ignobles (l'avidité des archers, l'enfermement à l'hôpital, prison des prostituées et des mendiants). Le croisement de ces deux registres dote le texte d'étranges effets de grotesque (des Grieux quittant l'hôpital sans culotte, ou surpris en chemise par le vieux M. de G. M.) que Prévost ne cessera d'exploiter dans ses autres romans. Le rôle comique dévolu à Tiberge (sorte d'amoureux éconduit par le chevalier, réduit à servir d'intermédiaire entre le couple et Lescaut), n'est pas le moins ambigu.

Et Manon dans tout cela ? Ce récit d'une passion, érigé sur un deuil, est monopolisé par la parole de Des Grieux (peu suspect de sincérité), ce qui a pour conséquence la réduction de Manon Lescaut à un mythique « mystère féminin », auréolé des épithètes tragiques (perfide) ou des périphrases galantes (« c'était l'air de l'Amour même »). Ce discours-écran ne doit pas faire oublier que le seul personnage du couple à adopter une conduite logique est bien Manon, détentrice d'une parole-acte qui contraste radicalement avec la logorrhée doloriste et complaisante de son amant, par exemple dans l'épisode du parloir de Saint-Sulpice. Prévost met ainsi à mal le mythe de la grande pa [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : Maître de conférence à l'université de Paris III - Sorbonne Nouvelle

Classification


Autres références

«  MANON LESCAUT, Abbé Prévost  » est également traité dans :

FRANÇAISE LITTÉRATURE, XVIIIe s.

  • Écrit par 
  • Pierre FRANTZ
  •  • 7 651 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le roman, fiction et critique »  : […] L’expansion phénoménale du roman a ouvert au genre des voies très variées. Le goût pour le romanesque reste vif : dans ses Confessions , Rousseau avoue une passion durable pour L Astrée . Il marque des œuvres de toute sorte, celles de l’abbé Prévost, de Claudine Alexandrine Guérin de Tencin, de Jean-Jacques R […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litterature-francaise-xviiie-s/#i_29676

PRÉVOST ABBÉ (1697-1763)

  • Écrit par 
  • Jean SGARD
  •  • 1 340 mots

Prévost d'Exiles est l'homme de toutes les contradictions : tour à tour moine et soldat, janséniste et jésuite, moraliste chrétien et philosophe libertin, il n'est d'aucune secte, d'aucun parti. Il ne se sent libre ni en France, ni en Angleterre, ni en Hollande ; rêvant de s'évader et revenant toujours à ses chaînes, il n'est nulle part chez lui ; il est, du nom même qu'il s'est donné, Prévost « d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/prevost/#i_29676

Pour citer l’article

Erik LEBORGNE, « MANON LESCAUT, Abbé Prévost - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/manon-lescaut/