URBAIN VIII, MAFFEO BARBERINI (1568-1644) pape (1623-1644)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Procès de Galilée

Procès de Galilée
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

La Trinité-des-Monts, Rome

La Trinité-des-Monts, Rome
Crédits : Bridgeman Images

photographie


Élégant Florentin qui commence la carrière comme nonce à Paris et qui, nommé cardinal de curie à trente-huit ans, connaît déjà le milieu romain quand il est élu pape le 6 août 1623, sous le nom d'Urbain VIII. Politicien de tempérament et de tradition familiale, Maffeo Barberini ne résiste pas longtemps à la tentation d'un affrontement des Barberini avec les Farnèse à propos du duché de Castro.

Durant ses vingt et un ans de pontificat, il prétend bien être un partenaire à part entière dans le grand jeu des politiques internationales. Sincère ami de la paix, réalisant mal la nouveauté de l'Europe du Grand Siècle, il évite de justesse de graves querelles avec les Impériaux, qui ont toujours envie d'une descente sur Rome, notamment quand le pape se rapproche trop de Richelieu ; avec l'Autriche ou Venise, quand il se mêle de l'équilibre entre catholiques et protestants dans les cantons suisses ; avec le jeune Portugal passionné de liberté, quand il ne veut pas reconnaître son indépendance.

Sa politique religieuse fut, elle aussi, d'un pacifique obligé à de douloureuses batailles : admirateur sincère de Galilée, il dut le laisser condamner par le Saint-Office en 1633, réussissant tout juste à transformer en résidence surveillée à Sienne ou à Florence le régime de prison imposé au savant jusqu'à sa mort en 1642. Quand l'Augustinus de Cornelius Jansenius parut en 1640, il ne put empêcher la préparation d'une condamnation, mais la bulle In eminenti ne sortit qu'en 1643. Le souci des Églises extra-européennes l'amena à prendre sous sa protection les chrétiens persécutés du Japon, à lancer vers l'Orient le plus extrême les missionnaires des grands ordres et même à accueillir, dans un Collegio Urbano fondé pour eux (1629), les Asiatiques qui se portaient volontaires pour le clergé latin.

Procès de Galilée

Procès de Galilée

photographie

Galilée devant l'Inquisition , à Rome (12 avril-22 juin 1633). Le savant (1564-1642) fut contraint de retirer publiquement les thèses qu'il avançait dans son ouvrage Dialogue sur les deux grands systèmes du monde. Il fut réhabilité par l'Eglise en 1992. Peinture italienne anonyme réalisée... 

Crédits : Erich Lessing/ AKG

Afficher

Le touriste d'aujourd'hui sait surtout qu'Urbain VIII est le pape de la forteresse du château Saint-Ange et de Cività Vecchia, du baldaquin pour la confession de Saint-Pierre commandé au Bernin et coulé avec le bronze du Panthéon et, mérite peut-être encore plus grand, de la merveilleuse fontaine dans la perspective de la piazza di Spagna.

La Trinité-des-Monts, Rome

La Trinité-des-Monts, Rome

photographie

Place d'Espagne, escaliers, obélisque et église de la Trinité-des-Monts, Rome. Architectes : Francesco De Santis (escalier), Domenico Fontana (obélisque), Carlo Maderno (façade de l'église), Bernin (fontaine de la Barcaccia). 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

—  Armand DANET

Écrit par :

Classification


Autres références

«  URBAIN VIII, MAFFEO BARBERINI (1568-1644) pape (1623-1644)  » est également traité dans :

BERNIN GIAN LORENZO BERNINI dit LE CAVALIER (1598-1680)

  • Écrit par 
  • Claude MIGNOT
  •  • 2 521 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Le grand ordonnateur des arts »  : […] En 1623, le cardinal Barberini devient pape sous le nom d'Urbain VIII. Le jour de son élévation, le nouveau pontife aurait appelé Bernin pour lui dire : « Vous avez beaucoup de chance, Cavalier, de voir le cardinal Maffeo Barberini pape, mais nous avons plus de chance encore d'avoir sous notre pontificat le cavalier Bernin. » Sous ce long pontificat (1623-1644), Bernin est le « grand ordonnateur d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bernin-le-cavalier/#i_36781

BERNIN À ROME - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 208 mots

1619-1625 Statues pour les jardins de la Villa Borghèse. 1624-1626 Façade de l'église Santa Bibiana. 1624-1633 Baldaquin de la basilique Saint-Pierre ; début de l'élaboration de la décoration des quatre piliers intérieurs qui supportent le dôme (statue de Saint Longin , 1629-1638). 1628-1647 Tombeau d'Urbain VIII dans la basilique Saint-Pierre. 1637 Dessin pour les clochers de Saint-Pierre. 1 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bernin-a-rome-reperes-chronologiques/#i_36781

GALILÉE (G. GALILEI)

  • Écrit par 
  • Pierre COSTABEL
  •  • 4 181 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le drame final et le couronnement de l'œuvre »  : […] L'apparition de trois comètes, en 1618, vint réveiller les controverses entre astronomes. Galilée, qui n'avait pas cessé ses observations, avait évidemment son mot à dire. Mais il ne prépara son intervention que sur les encouragements du cardinal Barberini, qui devint pape sous le nom d' Urbain VIII, en 1623. Comment Galilée aurait-il pu ne pas nourrir l'espoir de faire abroger le décret de 1616 ! […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/galilee-1564-1642/#i_36781

GHETTO

  • Écrit par 
  • Gérard NAHON
  •  • 4 208 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Législation imposée au ghetto »  : […] Le principe de reléguer les juifs dans un quartier étroit et insalubre étant admis dans le monde chrétien ou musulman, son application réglementaire variait selon les États et les princes. Partout en Europe, on imposait, d'une part, la fermeture des portes du ghetto, la nuit, de l'extérieur et de l'intérieur, d'autre part, l'interdiction pour les juifs de quitter le ghetto après l' Ave Maria , les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ghetto/#i_36781

PLACE SAINT-PIERRE, BERNIN (Rome)

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 191 mots
  •  • 1 média

La colonnade colossale de la place Saint-Pierre, à Rome, couronne plus de quarante ans d'activités de Bernin au service de la papauté. Sous le long pontificat d'Urbain VIII Barberini (1623-1644), il est le « grand ordonnateur des arts » dès l'élection du nouveau pape. L'essentiel de son travail est consacré à l'intérieur de la basilique et du palais du Vatican. Mais la conception et l'exécution du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/place-saint-pierre-bernin/#i_36781

SCIENCES - Science et christianisme

  • Écrit par 
  • Jacques ROGER
  •  • 4 110 mots

Dans le chapitre « De Copernic à Newton »  : […] À partir du xv e  siècle, l'humanisme puis la Renaissance bouleversèrent le paysage intellectuel européen. Il y eut, certes, un néopaganisme et une philosophie panthéiste très éloignés de la pensée chrétienne. Mais la rupture avec la scolastique médiévale se fit surtout au nom d'une nouvelle sensibilité religieuse et de la philosophie platonicienne. La science moderne, comme la Réforme protesta […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sciences-science-et-christianisme/#i_36781

Pour citer l’article

Armand DANET, « URBAIN VIII, MAFFEO BARBERINI (1568-1644) - pape (1623-1644) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/maffeo-urbain-viii/