MACROGLOBULINÉMIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La maladie de Waldenström, ou macroglobulinémie primaire, est due à la prolifération néoplasique des cellules qui produisent les immunoglobulines de type IgM (ou γM).

Cliniquement, chez un sujet âgé, on voit se développer une altération modérée de l'état général, une sensibilité anormale aux infections, souvent une polyadénopathie ; une tendance aux hémorragies plus ou moins discrètes entraîne une anémie secondaire. Plus caractéristiques sont les manifestations liées aux propriétés physico-chimiques de la macroglobuline : phénomènes de sensibilité au froid si la globuline a les caractères d'une cryoglobuline ; syndrome de l'hyperviscosité du sérum (troubles neurologiques). Une amylose, accompagnée de ses manifestations propres, peut coexister avec le tableau clinique qui vient d'être décrit. Le diagnostic est rendu possible d'une part par l'immuno-électrophorèse du sérum qui retrouve et identifie une protéine « monoclonale » de type IgM, d'autre part par l'envahissement des ganglions et de la moelle osseuse par une prolifération cellulaire lymphoïde caractéristique. Souvent peu évolutive, la maladie de Waldenström, est compatible avec une longue survie. En cas d'hyperviscosité importante du sérum sanguin, on peut procéder à des séances de plasmaphorèse qui épurent le sérum de la macroglobuline trop abondante. L'administration d'agents cytostatiques, constituant la thérapeutique au long cours habituelle, entraîne des rémissions nombreuses et prolongées.

—  François BOURNÉRIAS

Écrit par :

Classification


Autres références

«  MACROGLOBULINÉMIE  » est également traité dans :

IMMUNOPATHIES

  • Écrit par 
  • Jean-François BACH, 
  • Jean-Claude BROUET, 
  • Claude GRISCELLI, 
  • Pierre VERROUST, 
  • Guy-André VOISIN
  •  • 11 761 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Monoclonalité et état de différenciation des cellules leucémiques dans les syndromes immunoprolifératifs »  : […] Comme la majorité des tumeurs malignes ou bénignes, les cellules qui prolifèrent chez un malade donné appartiennent toutes au même clone cellulaire, c'est-à-dire sont issues d'une seule cellule ayant subi le(s) événement(s) conduisant à la transformation maligne. Ce fait a été démontré par des études cytogénétiques, enzymatiques et immunologiques. La synthèse d'immunoglobulines (Ig) homogènes (mo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/immunopathies/#i_42087

SANG - Écoulement

  • Écrit par 
  • Jean-François STOLTZ
  •  • 2 558 mots

Dans le chapitre «  Application de l'hémorhéologie en clinique : les syndromes d'hyperviscosité »  : […] L'hyperviscosité et les nombreux signes cliniques qui en découlent constituent les syndromes d'hyperviscosité. Ce terme a tout d'abord été employé pour caractériser les hyperviscosités observées au cours des macroglobulinémies. Ce n'est que récemment que l'on a élargi le chapitre des syndromes d'hyperviscosité, en les définissant comme des états dans lesquels les propriétés rhéologiques du sang so […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sang-ecoulement/#i_42087

Pour citer l’article

François BOURNÉRIAS, « MACROGLOBULINÉMIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/macroglobulinemie/