MAC ORLAN PIERRE DUMARCHEY dit PIERRE (1882-1970)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Pour signer une œuvre romanesque et poétique importante, Pierre Dumarchey a choisi le pseudonyme de Pierre Mac Orlan. Ses romans, dont l'action se situe aussi bien dans les bouges de Montmartre ou dans les arrière-salles des bistrots d'un port embrumé que dans le cadre exotique et aventureux de la Légion étrangère, sont empreints d'une mélancolie poétique qui rehausse des aventures vécues ou transposées. Sa poésie, mélancolique elle aussi et singulièrement vigoureuse, a été mise en musique et chantée avec un bonheur particulier.

Pierre Dumarchey est né à Péronne, dans le Nord, où il devient familier dès son enfance des ports et des bouges. Il connaît des débuts difficiles au hasard des différents ports où il trouve à s'employer. Plus tard, il saura montrer dans ses romans que l'« étrange » et l'« exotisme » ne se trouvent pas seulement à Marrakech ou à Naples, mais qu'on peut le trouver, pour peu qu'on prenne la peine de l'y chercher, au Havre ou même dans le « milieu » parisien. Il se fait peintre, puis devient journaliste et rejoint le petit groupe qui se réunit fréquemment autour de Guillaume Apollinaire et de Max Jacob.

En 1918, il publie son Petit Manuel du parfait aventurier dans lequel il relate ses débuts difficiles. On trouve dans cette œuvre autobiographique l'essentiel de la vie et des idées de Mac Orlan à l'époque. Son œuvre romanesque reprend d'abord des thèmes et les aventures de sa jeunesse, avec Le Chant de l'équipage (1918), Le Nègre Léonard et maître Jean Mullin (1920), La Cavalière Elsa (1921), La Vénus internationale (1923), Le Quai des brumes (1927) dont fut tiré un film célèbre, La Tradition de minuit (1930), La Bandera (1931) et Quartier réservé (1932). Écrits dans une langue remarquable à la fois par sa rigueur et par sa fantaisie poétique, les romans de Mac Orlan n'ont pas besoin de forcer sur la couleur locale pour faire vrai.

Mais, parti dans sa jeunesse pour vivre l'aventure, Mac Orlan va plus loin encore dans son âge mûr par le moyen du rêve : Marguerite de la nuit (1935) ou Sous la lumière froide ( [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  MAC ORLAN PIERRE DUMARCHEY dit PIERRE (1882-1970)  » est également traité dans :

BANDE DESSINÉE

  • Écrit par 
  • Dominique PETITFAUX
  •  • 17 298 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « La France de 1903 à 1914 »  : […] En France, l'éditeur Arthème Fayard est le premier à lancer des publications essentiellement constituées d'histoires en images ( La Jeunesse illustrée en 1903 et Les Belles Images en 1904). Les dix années qui précèdent la Première Guerre mondiale voient une profusion de nouvelles revues enfantines, dont la postérité n'a retenu que deux séries, qu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bande-dessinee/#i_42060

MONTERO GERMAINE (1909-2000)

  • Écrit par 
  • Guy ERISMANN
  •  • 726 mots

De souche alsacienne, Germaine Heygel naît le 22 octobre 1909 faubourg Montmartre à Paris et vit ses premières années dans un pavillon à Montrouge. À dix-neuf ou vingt ans, elle se rend en Espagne où elle devient auditrice à l'université de Valladolid. Elle habite ensuite Madrid, partage la vie culturelle espagnole et fréquente les poètes, notammen […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/germaine-montero/#i_42060

MORELLI MONIQUE (1923-1993)

  • Écrit par 
  • Guy ERISMANN
  •  • 774 mots

Le nom et la vie de Monique Morelli se rattachent aux poètes du Paris populaire et pittoresque, à Montmartre, ainsi qu'aux plus célèbres cabarets, tant de la rive droite que de la rive gauche. Avec sa mort, le 27 avril 1993, à Paris, s'est éteinte une génération d'artisans de la chanson française dont les origines remontent aux plus célèbres chant […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/monique-morelli/#i_42060

ROMAN D'AVENTURES

  • Écrit par 
  • Sylvain VENAYRE
  •  • 3 892 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Crépuscule de l’aventurier »  : […] Cette morale paradoxale, qui consiste à utiliser abondamment le motif de l’aventure tout en refusant de considérer que la quête des aventures soit en soi positive, s’efface brutalement au tournant des xix e et xx e  siècles. Plus exactement, une morale concurrente apparaît alors, qui eut pour effet de cantonner strictement le roman d’aventures au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/roman-d-aventures/#i_42060

Pour citer l’article

Marc BLOCH, « MAC ORLAN PIERRE DUMARCHEY dit PIERRE - (1882-1970) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/mac-orlan-pierre-dumarchey-dit-pierre/