MABLY GABRIEL BONNOT DE (1709-1785)

Frère du philosophe Étienne Bonnot de Condillac, l'abbé de Mably, moraliste, économiste et historien, était entré au séminaire Saint-Sulpice mais ne reçut que le sous-diaconat. Introduit dans l'élite de la société, il travailla auprès du cardinal de Tencin, secrétaire d'État aux Affaires étrangères. Ses fonctions l'amenèrent à négocier, en 1743, avec l'ambassadeur de Prusse, un accord contre l'Autriche. En 1746, Mably rompit avec le cardinal et se consacra à ses travaux.

Il développa un système de pensée proche de celui de Jean-Jacques Rousseau. Il est connu avant tout comme un adversaire des physiocrates. Son ouvrage intitulé Doutes proposés aux philosophes économistes sur l'ordre naturel et essentiel des sociétés politiques, et paru en 1768, est une réponse à L'Ordre naturel et essentiel des sociétés politiques, publié par Mercier de La Rivière un an plus tôt. L'auteur s'y attache à réfuter la thèse physiocratique faisant de la propriété privée, et particulièrement de la propriété du sol, l'expression de l'ordre naturel. Il dénonce la propriété privée comme une cause de désordre, d'injustice et d'oisiveté. Il s'attaque aussi à la thèse de l'intérêt personnel comme fondement de l'activité économique et principe d'organisation politique et social.

Mably est un socialiste, voire un communiste, dans la mesure où il cède au goût de son temps pour la construction de sociétés idéales et d'utopies rétrospectives. Son idéal est celui d'un retour à un communisme agraire supposé originaire. Dans la pratique, il est un réformiste. Tout en dénonçant la concentration croissante des fortunes, ainsi que, en termes déjà modernes, l'appropriation des moyens de travail par une classe capitaliste de propriétaires fonciers au détriment des salariés, il admet le caractère irréversible de l'institution de la propriété privée. Pour limiter les effets d'une inégalité croissante, il préconise la suppression de la transmission héréditaire des patrimoines.

Outre les Doutes, Mably a publié notamment Parallèles des Romains et des Français (1740), Le Droit public de l'Europe fondé sur les traités (1748), Observations sur l'histoire de France (1765), De la législation ou Principes des lois (1776), Du cours et de la marche des passions dans la société et Observations sur le gouvernement et les lois des États-Unis d'Amérique, ouvrage paru en 1784, peu de temps avant sa mort.

—  Bernard DUCROS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne

Classification


Autres références

«  MABLY GABRIEL BONNOT DE (1709-1785)  » est également traité dans :

BABOUVISME

  • Écrit par 
  • Albert SOBOUL
  •  • 4 032 mots

Dans le chapitre « L'itinéraire révolutionnaire »  : […] dans les années qui précédèrent la Révolution, l'origine livresque du communisme de Babeuf ne fait aucun doute. Rousseau, Mably, Morelly et son Code de la nature (mais quant à ce dernier plus tardivement) ont exercé sur Babeuf une influence décisive. Il se livre à une étude « consciente » des principales œuvres de Jean- […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/babouvisme/#i_1203

Pour citer l’article

Bernard DUCROS, « MABLY GABRIEL BONNOT DE - (1709-1785) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 septembre 2017. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/mably-gabriel-bonnot-de/