LYCOPHYTES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Usages des Lycophytes

Les Lycophytes ont été utilisées par le passé à des fins médicinales, pyrotechniques et décoratives. Ces plantes trouvent encore de nos jours quelques applications.

De nombreuses espèces entrent localement dans la formulation de remèdes ou tisanes, en raison de diverses vertus supposées (diurétique, antirhumatismale, antidiarrhéique…). Si ces propriétés n’ont pas été étudiées scientifiquement, on peut néanmoins citer comme substance connue l’huperzine. Celle-ci, obtenue à partir d’une espèce d’Huperzia et traditionnellement utilisée en médecine chinoise, pourrait avoir un intérêt dans le traitement de la maladie d’Alzheimer.

La poudre formée par les spores des Lycopodiacées, notamment de Lycopodium clavatum, espèce très répandue, a de nombreux usages. Très absorbante, elle peut être utilisée comme talc, pour les nourrissons ou pour traiter divers problèmes de peau, et comme shampooing sec. En pharmacie, elle était utilisée pour enrober les pilules afin d’éviter que celles-ci ne s’agrègent. Dans un tout autre domaine, les luthiers l’utilisaient pour combler les pores du bois.

Très inflammable du fait de la présence d’huile essentielle, cette poudre de spores de Lycopodiacées a servi également à la confection de feux d’artifice jusque dans les années 1950, pour les flashs en photographie, ou encore en magie pour simuler des flammes. Elle est encore utilisée pour cette dernière application et pour la confection des feux de Bengale.

Enfin, les usages décoratifs des Lycophytes sont variés. Par le passé, certaines Lycopodiacées étaient utilisées pour la confection de teintures avec des couleurs allant du crème doré au vert olive. D’autres entrent dans les coutumes locales : c’est le cas de Lycopodiella cernua, appelée « fougère la mariée » à la Réunion, utilisée, comme son nom l’évoque, pour tresser des couronnes de mariées, ou encore de Diphasiastrum, utilisé comme décoration de Noël aux États-Unis. Mais ces usages disparaissent du fait du statut souvent menacé des espèces concernées. Désormais, l’usage décoratif le plus répandu concerne sans conteste les sélaginelles, dont plusieurs espèces sont utilisées en horticulture, le plus souvent en culture d’intérieur, tandis que les Lycopodiacées restent difficiles à cultiver. Les sélaginelles sont idéales pour une culture en terrarium où les conditions d’humidité et de température de la forêt tropicale humide peuvent être recréées.

Les Lycophytes forment un groupe de plantes aujourd’hui discrètes et souvent méconnues, mais qui présentent de nombreuses particularités du point de vue du botaniste. Elles ont leur place dans de nombreux écosystèmes et sont, de plus, utiles à l’homme. Mais, surtout, ce groupe a joué un rôle très important au cours de l’histoire évolutive des plantes et des écosystèmes terrestres.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Médias de l’article

Morphologie du lycopode en massue

Morphologie du lycopode en massue
Crédits : Smithsonian Libraries/ courtesy of Biodiversity Heritage Library

photographie

Cycle de vie d’un lycopode

Cycle de vie d’un lycopode
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Phlegmariurus phlegmaria

Phlegmariurus phlegmaria
Crédits : L. Echternacht

photographie

Selaginella sinuosa

Selaginella sinuosa
Crédits : Jean-Yves Dubuisson

photographie

Afficher les 7 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  LYCOPHYTES  » est également traité dans :

EMBRYOPHYTES ou CORMOPHYTES ou ARCHÉGONIATES

  • Écrit par 
  • Jean-Yves DUBUISSON, 
  • Sabine HENNEQUIN
  •  • 3 243 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Évolution et classification des Embryophytes »  : […] Les analyses phylogénétiques suggèrent fortement l’enracinement des Embryophytes dans les algues vertes avec lesquelles elles forment le clade – groupe monophylétique – des Chlorobiontes (« végétaux verts »). Les Chlorobiontes sont caractérisés par la présence d’amidon (produit par la photosynthèse) stocké dans les chloroplastes – chez les algues rouges, les sucres sont stockés dans le cytoplasme […] Lire la suite

MONILOPHYTES ou POLYPODIOPHYTES

  • Écrit par 
  • Jean-Yves DUBUISSON, 
  • Sabine HENNEQUIN
  •  • 6 524 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Évolution et diversité passée »  : […] Les Monilophytes sont des plantes vasculaires, tout comme les Lycophytes et les Spermatophytes. Elles se rapprochent des Lycophytes par un stade « spores libres », à la différence des Spermatophytes qui sont des plantes à graines. Elles se distinguent cependant des Lycophytes par la présence d’une vraie feuille et par plusieurs caractères anatomiques qu’elles partagent avec les Spermatophytes. D’ […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Yves DUBUISSON, Sabine HENNEQUIN, « LYCOPHYTES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/lycophytes/