LUXATION CONGÉNITALE DE LA HANCHE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Affection héréditaire de répartition géographique très inégale. En France, la Bretagne et, à un moindre degré, le Massif central sont des foyers où l'incidence de l'affection est relativement élevée. La luxation congénitale est rare ou absente dans certaines régions, mais sa fréquence tend à s'uniformiser avec le brassage des populations ; elle varie de 1 à 5 cas pour 1 000 naissances selon les régions. L'affection est six fois plus fréquente chez la fille que chez le garçon.

Dans les conditions normales, la formation de l'articulation de la hanche n'est pas achevée à la naissance. Elle se poursuit pendant les premiers mois de la vie, et le résultat obtenu dépend étroitement de l'agencement réciproque adéquat des différentes parties de l'articulation. Dans la luxation congénitale de la hanche, il existe fréquemment des anomalies articulaires, telles une hyperlaxité ligamentaire, une antéversion anormale du col du fémur ou une obliquité du toit du cotyle qui favorisent la sortie de la tête fémorale hors du cotyle. Il en résulte des lésions articulaires qui évoluent et s'organisent progressivement au cours de l'ossification pour aboutir à une luxation franche en quelques semaines. Aussi la luxation congénitale de la hanche doit-elle être systématiquement recherchée dès la naissance. À ce moment la hanche est rarement luxée ou subluxée, mais le plus souvent elle est luxable, donnant le signe d'Ortolani. Celui-ci consiste en une sensation de ressaut que l'on perçoit au niveau de la hanche du nourrisson lorsqu'on pratique une manœuvre qui amène en abduction, tout en exerçant sur eux une pression d'avant en arrière, les cuisses et genoux fléchis à 900. À ce stade, le traitement, plus préventif que curatif, consiste à maintenir en permanence, par un moyen de contention efficace (langes, attelles, plâtre), une abduction de 900 des deux hanches. Entre le sixième et le huitième mois, le cotyle est ossifié normalement et la guérison est obtenue sans séquelles immédiates ni tardives. Faute de quoi, après quatre mois, la hanche, luxable à [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  LUXATION CONGÉNITALE DE LA HANCHE  » est également traité dans :

MALFORMATIONS CONGÉNITALES

  • Écrit par 
  • Jean de GROUCHY
  •  • 2 934 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Malformations du squelette et des articulations »  : […] Le squelette est le lieu de très nombreuses malformations, et la pathologie osseuse est extrêmement vaste. Un premier groupe de maladies est constitué par les chondrodystrophies génotypiques . L' achondroplasie (les nains achondroplases sont les nains « classiques » de cirque) est caractérisée dès la naissance par la brièveté des membres et le volume anormal du crâne. La taille ne dépasse pas 1, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/malformations-congenitales/#i_8506

NAISSANCE - Néonatologie

  • Écrit par 
  • Lucien MICHON
  •  • 4 252 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Recherche des anomalies »  : […] Il peut s'agir d'anomalies traumatiques ou de malformations, certaines évidentes, d'autres à chercher systématiquement. Parmi ces dernières, trois ont une importance particulière. L' atrésie œsophagienne  : la partie supérieure de l'œsophage se termine ici en cul-de-sac à hauteur de la bifurcation trachéale ; la partie inférieure communique habituellement avec la bronche gauche. Dès la première t […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/naissance-neonatologie/#i_8506

Pour citer l’article

Jean-Pierre ABOULKER, « LUXATION CONGÉNITALE DE LA HANCHE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/luxation-congenitale-de-la-hanche/