LUTTE, sport

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Sport de combat opposant deux athlètes qui ont pour objectif de faire tomber leur adversaire et de tenter de l'immobiliser au sol, sur le dos, les deux épaules touchant terre.

La lutte est le plus ancien des sports : on en trouve la trace, sous différentes formes dont certaines sont les ancêtres de la lutte moderne, dans de nombreuses civilisations du passé. Certains passages de L'Épopée de Gilgamesh (viie s. av. J.-C.) indiquent qu'une forme de lutte existait en Mésopotamie vers 2500 avant J.-C. Des fresques de la nécropole de Beni-Hassan, édifiée sous le règne des pharaons de la XIIe dynastie (vers 1850 av. J.-C.), représentent des scènes de lutte. La lutte apparaît au programme des jeux Olympiques de la Grèce antique en 708 avant J.-C. : Milon de Crotone (vie-ve s. av. J.-C.) remporte l'épreuve de lutte six fois consécutivement, de 540 à 516 avant J.-C. À la fin du Moyen Âge, rois, princes et ducs entretiennent des équipes de lutteurs. En 1520, un combat oppose, au camp du Drap d'or, le roi de France, François Ier, au roi d'Angleterre, Henri VIII.

Nécropole de Beni-Hassan: scènes de lutte

Photographie : Nécropole de Beni-Hassan: scènes de lutte

Scènes de lutte sur les murs de la nécropole de Beni-Hassan, Égypte, 1850 avant J.-C. Une forme de pratique sportive semble attestée dès cette époque. 

Crédits : Erich Lessing/ AKG-images

Afficher

À partir du xviiie siècle, les foires itinérantes se multiplient : on y propose diverses exhibitions de lutte. Dans la seconde moitié du xixe siècle naît, en France, la lutte gréco-romaine, dite aussi lutte française ou lutte à mains plates (pour la distinguer des autres sports de combat – boxe, savate, bâton –, où les coups sont permis) : la règle indique : que porter des prises au-dessous de la ceinture ainsi que tout ce qui peut blesser l'adversaire (prises et torsions douloureuses) est interdit ; que les athlètes sont uniquement autorisés à utiliser leurs bras et la partie supérieure de leur corps pour combattre. À ses débuts, la lutte gréco-romaine est un sport professionnel, qui donne lieu à un spectacle prisé par un nombreux public, notamment à l'occasion des Expositions universelles de Paris. Inscrite au programme des premiers jeux Olympiques en 1896 – elle figurera toujours au programme, sauf en 1900 et en 1904 –, la lutte gréco-romaine va devenir un sport amateur, alors que la lutte professionnelle périclite et aura quasi disparu en 1920. Dans le même temps se développe aux États-Unis et en Grande-Bretagne une attraction foraine, baptisée catch-as-catch-can (qu'on peut traduire : « attrape comme tu peux »), qui donnera naissance à la lutte libre, aux codifications moins strictes. À la différence de la lutte gréco-romaine, les prises sur tout le corps, notamment dans les jambes, sont permises. La lutte libre figure au programme des jeux Olympiques en 1904 à Saint Louis et en 1908 à Londres ; depuis 1920, elle a toujours fait partie du programme des Jeux. La lutte libre féminine est sport olympique depuis 2004. En février 2013, la commission exécutive du C.I.O. a néanmoins proposé que la lutte, gréco-romaine comme libre, ne figure plus au programme olympique à partir de 2020. Mais, en septembre 2013, le C.I.O. décide de réintégrer la lutte au programme des Jeux.

La Fédération internationale de lutte amateur est créée en 1912 à Stockholm. Désormais dénommée Fédération internationale des luttes associées, elle compte en 2013 cent soixante-quatorze fédérations nationales affiliées. Les premiers Championnats du monde de lutte gréco-romaine se tiennent en 1950, les premiers Championnats du monde de lutte libre ont lieu en 1951, les premiers Championnats du monde de lutte féminine se déroulent en 1987. Les Championnats du monde ont lieu chaque année (sauf les années olympiques).

Un combat de lutte se tient sur un tapis de 9 mètres de diamètre, entouré d'une garniture, de la même épaisseur, de 1,50 mètre de largeur. Il se déroule en deux périodes de 2 minutes, entrecoupées d'une pause de 30 secondes : au bout de chaque période, un concurrent est déclaré vainqueur ; si chaque concurrent a remporté une période, le combat se poursuit par une troisième période, dont le vainqueur gagne le combat. Un combat peut aussi, à tout moment (quelle que soit la période), se gagner par tombé (le lutteur maintient les deux épaules de son adversaire à terre pendant une durée suffisante pour permettre à l'arbitre de constater le contrôle de la touche) ou tombé technique (une différence de 6 points entre les lutteurs). Les diverses prises rapportent un nombre de points déterminé. Par exemple, les prises exécutées debout avec une grande amplitude qui amènent le lutteur attaqué en position de mise en danger immédiate ou la prise exécutée par le lut [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Classification

Autres références

«  LUTTE, sport  » est également traité dans :

BAUMGARTNER BRUCE (1962- )

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 446 mots

L'Américain Bruce Baumgartner, quatre fois médaillé en lutte libre aux jeux Olympiques, fut l'un des plus brillants super-lourds de l'histoire. Lutteur agile et d'une grande force physique, il demeure une référence pour ce sport. Né le 31 août 1962 à Haledon (New Jersey), Bruce Baumgartner s'initie à la lutte dès le lycée, mais il ne parvient pas à remporter le championnat mettant aux prises les l […] Lire la suite

GEESINK ANTON (1934-2010)

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 1 002 mots

Le 23 octobre 1964, un colosse néerlandais, Anton Geesink (1,98 m, 104 kg) , fait pleurer tout le Japon : pour honorer Jigorō Kanō, le Comité international olympique (C.I.O.) a inscrit le judo au programme des Jeux de Tōkyō ; or, dans le combat pour le titre suprême, celui des « toutes catégories », le Néerlandais cloue au sol l'icône locale, Akio Kaminaga , immobilisé pendant 30 secondes et donc […] Lire la suite

JEUX OLYMPIQUES, Grèce antique

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 8 363 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Le programme olympique »  : […] À l'instar de celui des Jeux modernes, le programme des Jeux antiques n'est pas fixe, et il varie au cours des siècles : lors de la première édition connue avec certitude par une inscription (776 avant J.-C.), il se résume à la course du stade, ou dromos (600 pieds, soit 192,27 mètres). Le diaulos (double stade) intègre le programme en 724 avant J.-C., le dolichos (course de fond de 24 stades, […] Lire la suite

KARELINE ALEXANDRE (1967- )

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 254 mots
  •  • 1 média

Le 27 septembre 2000, à Sydney, l'Américain Rulon Gardner devient champion olympique de lutte gréco-romaine, dans la catégorie des moins de 130 kilos, en dominant en finale le Russe Alexandre Kareline. C'est un événement considérable et la fin d'une légende : le Russe n'avait jamais connu la défaite depuis 1987. Alexandre Kareline est né le 19 septembre 1967 à Novossibirsk. Il est champion olympiq […] Lire la suite

MEDVED ALEXANDER (1937- )

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 551 mots

Le Biélorusse Alexander Medved est considéré comme l'un des meilleurs spécialistes de lutte libre de tous les temps. Sous les couleurs de l'U.R.S.S., il fut trois fois champion olympique consécutivement, de 1964 à 1972, sept fois champion du monde et trois fois champion d'Europe. La Fédération internationale des luttes associées l'a désigné plus grand champion de lutte libre du xx e  siècle. Alexa […] Lire la suite

SPORT (Histoire et société) - Histoire

  • Écrit par 
  • Robert PARIENTÉ
  •  • 12 538 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « « L'Anatomie des abus » »  : […] Le déchaînement de la violence entraînera au xiv e  siècle une période de prohibition aussi bien en France qu'en Angleterre. Pendant plus d'un siècle, le pouvoir public, qui préférait former des archers que des joueurs de balle, s'opposera à ce jeu violent. L'Anglais Stubbs, dans L'Anatomie des abus (1583), s'élève contre le football : « ... l'un de ces passe-temps diaboliques usités même le dim […] Lire la suite

WITTENBERG HENRY (1918-2010)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 461 mots

Henry Wittenberg fut l'un des plus brillants représentants de l'école de lutte américaine qui se distingua après la Seconde Guerre mondiale dans le style « libre ». Combattant dans la catégorie des mi-lourds (moins de 87 kilogrammes), il remporta la médaille d'or aux jeux Olympiques de Londres en 1948, puis obtint la médaille d'argent aux jeux Olympiques d'Helsinki en 1952. Né le 18 septembre 1918 […] Lire la suite

Les derniers événements

9-29 juillet 1998 France. Adoption du projet de loi sur les exclusions

Le 9, le Parlement adopte définitivement le projet de loi d'orientation relatif à la lutte contre les exclusions. Celui-ci prévoit notamment des mesures destinées à favoriser l'accès à l'emploi, au logement et aux soins, mais aussi à la culture, au sport et aux loisirs. Il réforme également la loi de décembre 1989 sur le surendettement. Ces différentes mesures doivent faire l'objet de textes de loi particuliers. […] Lire la suite

25-31 mai 1986 Afrique. Initiatives internationales en faveur de la lutte contre la faim en Afrique

Le 25, à l'initiative du chanteur irlandais Bob Geldof et de l'U.N.I.C.E.F., réunis dans l'association Sport Aid, environ vingt millions de personnes participent, à travers le monde, à une « course contre le temps » : il s'agit, en versant une participation financière, de courir dix kilomètres en signe de solidarité avec l'Afrique affamée. Retransmise par les télévisions du monde entier, cette manifestation, dont le départ est donné de New York par le champion soudanais Omar Khalifa, doit permettre de collecter 150 millions de dollars. […] Lire la suite

Pour citer l’article

« LUTTE, sport », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 30 novembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/lutte-sport/