LACTANCE LUCIUS CAECILIUS FIRMIANUS dit (260 env.-env. 325)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Lucius Caecilius Firmianus, dit Lactantius, sans doute Africain, élève du rhéteur Arnobe de Sicca. Professeur à son tour, Dioclétien l'appelle pour enseigner la rhétorique dans sa nouvelle capitale, Nicomédie en Bithynie. Devenu chrétien, il doit quitter son enseignement lors de la persécution de Galère (304), et tombe dans la misère. À un âge avancé, il est appelé à Trèves, par Constantin, comme précepteur de son fils Crispus, vers 317. La date de sa mort ne nous est pas plus connue que celle de sa naissance.

Il avait composé des ouvrages de grammaire, de philosophie, de géographie (un Itinéraire d'Afrique à Nicomédie), qui sont perdus, sauf un petit poème sur la légende du Phénix. Mais il nous reste de lui d'importants ouvrages d'apologétique chrétienne.

Le De opificio Dei (303 env.-304 ?) : pour montrer que l'homme est l'« œuvre de Dieu », et non d'un quelconque Prométhée, ni du hasard comme le veulent les épicuriens, Lactance décrit la beauté du corps humain, la supériorité de l'intelligence de l'homme (apologétique facile, mais intéressant exposé d'anthropologie).

Les Institutions divines, en sept livres, qui ont pu être écrites durant la persécution, entre 305 et 313 ( ?). Apologie de la religion chrétienne, que viennent d'attaquer deux philosophes, et exposé d'ensemble de ses dogmes fondamentaux, les Divinae Institutiones « condensent en une somme brève la science de la vérité » (I, i, 25). Théologien médiocre, Lactance est pourtant le premier auteur chrétien latin à tenter cette entreprise. Les livres IV et V sur la vraie sagesse apportée par le Christ, et sur la vraie justice, sont les mieux venus. Lactance publia vers 314 un Epitome (Abrégé) de son grand ouvrage.

Le livre Sur la mort des persécuteurs, écrit au lendemain de la mort de Dioclétien, vers 318-321, développe une thèse : tous les empereurs persécuteurs ont été de mauvais empereurs, et tous ont connu une fin affreuse, châtiment de Dieu. Apologétique simpliste, qui tait les mesures prises contre les chrétiens par de « [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  LACTANCE LUCIUS CAECILIUS FIRMIANUS dit (260 env.-env. 325)  » est également traité dans :

LATINES (LANGUE ET LITTÉRATURE) - La littérature chrétienne

  • Écrit par 
  • Pierre HADOT
  •  • 6 338 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le genre apologétique »  : […] Tertullien inaugura en Occident le genre apologétique. Les modèles grecs étaient déjà nombreux : Justin, Tatien, Athénagore avaient déjà adressé des apologies aux empereurs pour essayer de les convaincre que les chrétiens n'étaient pas coupables des crimes dont on les accusait et, d'une manière générale, que le christianisme représentait non seulement une « philosophie » parmi d'autres, mais la p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/latines-langue-et-litterature-la-litterature-chretienne/#i_5776

Pour citer l’article

Pierre Thomas CAMELOT, « LACTANCE LUCIUS CAECILIUS FIRMIANUS dit (260 env.-env. 325) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/lucius-caecilius-firmianus-lactance/