LUCIE sainte (morte en 304)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Selon une longue tradition hagiographique rapportée notamment par Jacques de Voragine dans la Légende dorée, Lucie serait née à Syracuse vers la fin du iiie siècle, dans une riche famille patricienne. Elle se détourna cependant du mariage et des biens du monde et décida de consacrer sa virginité à Dieu, à l’exemple de sainte Agathe, vierge et martyre vénérée d’une autre ville de Sicile, Catane. Un soupirant éconduit la dénonça comme chrétienne aux autorités romaines locales, qui la condamnèrent à être enfermée dans un lupanar et réduite à la débauche. Selon la légende, cet ordre fut contrarié par une intervention divine : le Saint-Esprit aurait rendu le corps de Lucie totalement pétrifié et personne ne serait parvenu à la transporter. La jeune femme aurait alors été condamnée au bûcher, mais les flammes ne l’auraient pas dévorée. Elle eut finalement le cou transpercé d’une épée et mourut en martyre en 304, à Syracuse.

Lucie fut probablement victime de l’ultime vague de persécution de 303 contre les chrétiens, dite « grande persécution », décrétée par l’empereur romain Dioclétien à la fin de son règne (284-305). Son nom est mentionné dans les premiers sacramentaires romains, ainsi que dans une inscription trouvée à Syracuse, datant de l’an 400 après J.-C.

La Dernière Communion de sainte Lucie, Giambattista Tiepolo

La Dernière Communion de sainte Lucie, Giambattista Tiepolo

Photographie

Giambattista Tiepolo (1696-1770), La Dernière Communion de sainte Lucie, fresque, 1748-1750. Église des Saints-Apôtres, Venise, Italie. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

Lucie fut l’un des premiers martyrs chrétiens à devenir très populaire. Son culte était en effet déjà répandu avant le ve siècle. Deux églises lui furent consacrées en Grande-Bretagne avant le viiie siècle, à une époque où cette île était encore peu christianisée.

Elle fut choisie comme sainte patronne de Syracuse. Associée par son nom et par diverses traditions à la lumière (lux, en latin), elle est également la sainte patronne des aveugles, et invoquée contre les maladies des yeux. À partir du Moyen Âge, elle est d’ailleurs représentée portant ses yeux sur une coupe ou un plateau, en référence à une tradition qui veut qu’on les lui ait arrachés lors de son supplice, ou qu’elle se les soit elle- [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Classification

Pour citer l’article

« LUCIE sainte (morte en 304) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/lucie/