HAUTECŒUR LOUIS (1884-1973)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Historien de l'art, professeur, administrateur des Beaux-Arts, membre de l'Institut, Louis Hautecœur a laissé un ensemble d'œuvres considérable où l'importance de l'étude et la force de l'action se mêlent harmonieusement.

Ayant commencé sa carrière comme universitaire, il a été successivement élève de l'École normale supérieure, membre de l'École française de Rome, agrégé d'histoire et de géographie et, en 1919, professeur à l'université de Caen, où il enseigne pendant deux ans. Il devient alors conservateur au musée du Louvre et au musée du Luxembourg (1920-1940), tout en enseignant à l'École du Louvre et à l'École nationale supérieure des beaux-arts (jusqu'en 1940).

Secrétaire général des Beaux-Arts (1921-1940), il est chargé en Égypte de la Direction générale des beaux-arts (1927-1930). Conseiller d'État, il reçoit, pendant la Seconde Guerre mondiale, la direction générale des Beaux-Arts par le gouvernement de Vichy en 1940 ; mais il est révoqué en 1944 pour attitude suspecte à l'égard du pouvoir et des autorités occupantes. Bien que réintégré par le gouvernement de la IVe République, Hautecœur préfère désormais se consacrer aux études entreprises avant la tourmente de la guerre. Élu membre de l'Institut (Académie des beaux-arts) en 1952, puis secrétaire perpétuel de l'Académie en 1955, il a été aussi membre de l'Académie royale de Belgique. Désigné comme membre de la commission supérieure des Monuments historiques et comme vice-président de la Cité internationale des arts de Paris en 1960, il est élu président du Comité national d'histoire de l'art en 1963.

Sa production comme historien de l'art est d'une grande variété, marquée surtout par sa passion pour l'architecture et par le souci d'une vulgarisation estimée nécessaire pour l'éducation de tous.

Mais c'est dans sa monumentale Histoire de l'architecture française, que Louis Hautecœur a pu le mieux dégager les différentes doctrines dominées par le classicisme.

Hautecœur s'efforça surtout, de poursuivre un programme de ce qu'il a appelé la « défense de la beauté française », [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, docteur ès lettres et sciences humaines, professeur à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne, peintre et écrivain

Classification


Autres références

«  HAUTECOEUR LOUIS (1884-1973)  » est également traité dans :

ART SOUS L'OCCUPATION

  • Écrit par 
  • Laurence BERTRAND DORLÉAC
  •  • 7 392 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La scène artistique »  : […] Vichy pensa donc à utiliser l'art et les artistes. Chaque ministère et chaque direction les convoquèrent : les Sports, la Jeunesse, la Propagande, la Ville de Paris ou le Maréchal lui-même, la direction des Beaux-Arts enfin, placée sous la tutelle de six ministres de l'Éducation nationale successifs et sous la responsabilité de Louis Hautecœur, jusqu'en avril 1944, puis de Georges Hilaire, jusqu'à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-sous-l-occupation/#i_97641

Pour citer l’article

Jean RUDEL, « HAUTECŒUR LOUIS - (1884-1973) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/louis-hautecoeur/