LIU YONG [LIEOU YONG] (XIe s.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Liu Yong, appelé aussi Liu Qiqing, est originaire de Chong'an dans la province du Fujian. Il est difficile de connaître avec précision les dates de naissance et de mort de ce poète. On sait seulement qu'il obtient le titre de docteur accompli (jinshi) en 1034 et qu'après ce succès il occupe un petit poste dans l'administration. Mais, plus qu'une brillante carrière, c'est sa vie dissipée et bohème et ses talents littéraires qui l'ont rendu célèbre. « Laissons ces vains honneurs contre du vin et des chansons. » Tel fut le personnage. Ses poèmes sont là pour témoigner de son non-conformisme. La plupart des œuvres du Recueil de pièces musicales (Yuezhang ji) sont dédiées à des courtisanes ou composées pour elles. Il s'agit de longs poèmes (chang diao), peintures colorées de la vie de la capitale et des métropoles de province. Leur style est caractérisé par l'emploi de la langue populaire, la longueur et le réalisme parfois osé des descriptions. Ces œuvres forment un fort contraste avec celles de Yan Jidao et d'Ouyang Xiu, marquées par l'élégance et une tendance à la subjectivité.

L'œuvre poétique de Liu Yong indique un tournant dans l'histoire du ci, poème à chanter. Elle aura une grande influence sur les poètes postérieurs. Qin Guan et Zhou Bangyan reprendront ce style populaire et ces longues descriptions dans lesquelles Liu Yong était passé maître. Il possédait en outre de bonnes connaissances musicales et composait lui-même les mélodies de ses poèmes, qui se répandaient des maisons de courtisanes aux demeures princières. Ses dernières œuvres, inspirées par des sentiments plus profonds et plus personnels, peuvent être considérées comme la meilleure partie de son recueil poétique.

—  Chantal CHEN-ANDRO

Écrit par :

Classification


Autres références

«  LIU YONG [ LIEOU YONG ] ( XI e s.)  » est également traité dans :

CI [TS'EU], genre littéraire chinois

  • Écrit par 
  • Chantal CHEN-ANDRO
  •  • 1 026 mots

Dans le chapitre « L'épanouissement »  : […] Conscient d'une évolution du ci vers l'artificialisation, Liu Yong (vers 1045) va s'efforcer de retourner aux origines populaires et musicales du genre. Son effort sera poursuivi par Qin Guan (1049-1101) et He Zhu (1063-1120) et aboutira au formalisme de Zhou Bangyan (1056-1121) et de Li Qingzhao (1084-apr. 1151 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ci-ts-eu-genre-litteraire-chinois/#i_41853

ZHOU BANGYAN [TCHEOU PANG-YEN] (1057-1121)

  • Écrit par 
  • Chantal CHEN-ANDRO
  •  • 317 mots

Originaire de Qiantang dans la province du Zhejiang, Zhou Bangyan a pour nom social Meicheng. Très tôt ses talents littéraires lui valent une charge officielle. Il occupe successivement divers postes administratifs. En 1105, l'empereur Huizong lui confie la direction du Bureau de la musique (Da sheng fu). La fonction de cet organisme est de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/zhou-bangyan-tcheou-pang-yen/#i_41853

Pour citer l’article

Chantal CHEN-ANDRO, « LIU YONG [LIEOU YONG] (XIe s.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 octobre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/liu-yong-lieou-yong/