NORDESTE LITTÉRATURE DU

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le Nordeste a été la région du Brésil la plus anciennement colonisée, Salvador de Bahia le premier siège du gouvernement colonial portugais dont la richesse économique provenait des moulins à sucre. La sédimentation ethnique et culturelle de cette vaste région, qui a été ultérieurement déclassée par celle des Mines Generales puis par l'axe Rio de Janeiro-São Paulo, explique en partie la variété de sa production littéraire moderne et singulièrement de son roman.

Dans les années 1920, alors qu'on commence à parler des courants d'avant-gardes modernistes du Sud, Gilberto Freyre (1900-1987) et quelques Nordestins se posent comme « traditionalistes régionalistes », avec une tendance à se sentir les plus brésiliens des Brésiliens. Alors, la culture baroque coloniale, la production des Académies et le romantisme de José de Alencar (1829-1877) et de Castro Alves (1847-1871) ne sont plus que des vestiges prestigieux du passé dans une région en pleine léthargie. En revanche, la culture orale et le fonds folklorique et langagier restent très vivants. Les vieilles oligarchies rurales du Pernambouc sont en décadence, mais Gilberto Freyre, le jeune maître à penser d'alors (Maîtres et esclaves, 1933), veut mettre en valeur le patrimoine régional — orientation formulée dans le Manifeste du Ier Congrès régionaliste brésilien (1926).

La réflexion anthropologique sur la formation de la société patriarcale imprégnée par les cultures d'Afrique proposée par Freyre exerce une influence déterminante sur le romancier José Lins do Rego (1901-1957). Dans une langue très plastique, une prose débordante, il donne aux types d'une société en extinction une dimension épique, exaltant non seulement les seigneurs des moulins à sucre, mais encore les descendants d'esclaves et en particulier les métis qui entreprennent leur ascension sociale. Avec Fogo morto (1943), il atteint la synthèse de la saga subjective d'une région et d'une culture. Au cycle de la canne à sucre succède celui du cangaço, mouvement anarchique de bandits d'honneur redoutés de la z [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, docteur ès lettres, chargé de recherche au CNRS

Classification

Autres références

«  NORDESTE LITTÉRATURE DU  » est également traité dans :

AMADO JORGE (1912-2001)

  • Écrit par 
  • Mario CARELLI
  •  • 2 208 mots

Dans le chapitre « Le roman engagé »  : […] Roman encore immature, País do carnaval (1931) exprime les angoisses d'une génération qui s'est reconnue dans le jeune Paulo Rigger. Cet intellectuel d'éducation européenne renonce à transformer la réalité brésilienne après avoir dénoncé le carnaval comme une forme de fuite face à une situation sociale souvent insoutenable. Les deux œuvres suivantes, Cacao ( Cacau , 1933) et Suor (1934), qui on […] Lire la suite

BRÉSIL - La littérature

  • Écrit par 
  • Mario CARELLI, 
  • Ronny A. LAWTON, 
  • Michel RIAUDEL, 
  • Pierre RIVAS
  •  • 12 484 mots

Dans le chapitre « Les métamorphoses de la prose régionaliste »  : […] Avec son intégration d'une géographie et de grands phénomènes économiques et climatiques, mais aussi avec l'appropriation de la langue et de l'imaginaire populaires, la matrice littéraire régionaliste a continué à porter bien des fruits. Ce courant fut transcendé par João Guimarães Rosa (1908-1967) et son roman total, Grande sertão : veredas ( Diadorim , 1956). La vaste ambition de l'auteur fut d […] Lire la suite

DIADORIM, João Guimarães Rosa - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Rita OLIVIERI-GODET
  •  • 1 030 mots

Diadorim ( Grande sertão  : veredas ), l'unique roman de João Guimarães Rosa (1908-1967), est publié en 1956, dix ans après ses débuts en prose avec les contes novateurs de Sagarana . Dans ce texte majeur de la littérature brésilienne, Guimarães Rosa mène à bien une rénovation de la prose régionaliste qui, dans la décennie 1930-1940, était la tendance littéraire prédominante au Brésil. En défiant […] Lire la suite

FREYRE GILBERTO DE MELO (1900-1987)

  • Écrit par 
  • Jean-Luc PINARD-LEGRY
  •  • 573 mots

Né à Recife, dans l'État du Pernambuc, l'écrivain Gilberto Freyre restera sans aucun doute une des figures centrales de la vie intellectuelle brésilienne du xx e siècle, une de celles aussi auxquelles les Brésiliens d'aujourd'hui s'identifient facilement, semblable en cela à un Jorge Amado, qui l'admire d'ailleurs beaucoup. Figure nécessaire donc, et pourtant contestée : anthropologue de premier […] Lire la suite

LINS DO REGO JOSÉ (1901-1957)

  • Écrit par 
  • Luiz FERRAZ
  •  • 369 mots

Romancier brésilien, né dans l'État de Paraiba (Nord-Est), Lins do Rego fut un défenseur du régionalisme dans des essais et des ouvrages de critique, dont ses romans sont une illustration. Ceux-ci ont pour cadre le Nord-Est sucrier et couvrent une période qui va du déclin de la société patriarcale (forgée depuis le début de la colonisation portugaise) jusqu'aux premières décennies de ce siècle. L' […] Lire la suite

MELO NETO JOÃO CABRAL DE (1920-1999)

  • Écrit par 
  • Pierre RIVAS
  •  • 750 mots

La vie de l'écrivain brésilien João Cabral de Melo Neto, né en 1920 à Recife, se confond, nous dit-il, avec ses postes de diplomate, en particulier en Espagne, sa seconde patrie, d'abord à Barcelone où il se lie avec les artistes d'avant-garde, Miró, Tàpies, puis à Séville, où il découvre la sensualité et la luminosité en même temps que la tradition ibérique et médiévale. Reconnu comme un poète ma […] Lire la suite

RAMOS GRACILIANO (1892-1953)

  • Écrit par 
  • Pierre RIVAS
  •  • 627 mots

Graciliano Ramos est un écrivain représentatif du roman du Nordeste brésilien, d'où proviennent, à partir du modernisme (1922) et plus précisément de sa seconde phase (1930), les grands noms qui, contre l'expérimentalisme de l'avant-garde de São Paulo, vont infléchir ce moment décisif de la littérature brésilienne vers une thématique régionaliste et sociale, enracinée dans les tragédies de ces ter […] Lire la suite

SUASSUNA ARIANO (1927-2014)

  • Écrit par 
  • Michel RIAUDEL
  •  • 1 122 mots

Né dans la capitale de l’État de Paraíba le 16 juin 1927, Ariano Vilar Suassuna est mort le 23 juillet 2014, à Recife (Pernambouc). Dramaturge, poète, romancier, essayiste, artiste, il a bâti une œuvre polymorphe qui, avec le mouvement Armorial qu’il a fondé le 18 octobre 1970, a incarné une des fortes expressions de la culture du Nordeste brésilien. Après avoir présidé la province de Paraíba de 1 […] Lire la suite

Pour citer l’article

Mario CARELLI, « NORDESTE LITTÉRATURE DU », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 mai 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/litterature-du-nordeste/