RAMOS GRACILIANO (1892-1953)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Graciliano Ramos est un écrivain représentatif du roman du Nordeste brésilien, d'où proviennent, à partir du modernisme (1922) et plus précisément de sa seconde phase (1930), les grands noms qui, contre l'expérimentalisme de l'avant-garde de São Paulo, vont infléchir ce moment décisif de la littérature brésilienne vers une thématique régionaliste et sociale, enracinée dans les tragédies de ces terres de misère et d'oppression. Mais si le premier livre de Graciliano Ramos, Caetes, écrit en 1925, publié en 1933, sacrifie encore au naturalisme, son œuvre est à l'opposé d'une écriture torrentielle et sensualiste, à laquelle elle préfère un style tout de rigueur et de sobriété, attentif à la composition de l'œuvre. Qualités qui se précisent avec éclat dans São Bernardo (1934), premier volume d'une trilogie, avec Angustia (1936, Angoisse) et Vidas Secas (1938, Sécheresse).

Caetes était déjà la satire des avatars de l'indianisme romantique. Toute l'œuvre relativement brève de Graciliano Ramos est écrite contre cette tradition. Refusant les tentations épiques et folkloriques et les facilités de la couleur locale, l'écrivain se singularise par une esthétique réaliste, proche parfois du « roman engagé ». Écrivain sans formation universitaire, il passe son enfance dans plusieurs régions de ce Nordeste qu'il évoquera dans Infancia (1945, Enfance) ; fonctionnaire à Rio en 1914, il retourne dans la région de l'Alagoas et devient en 1927 maire de sa ville natale, Maceio. D'où une connaissance intime des problèmes politiques et sociaux qui le fera accuser de communisme et le conduira en prison en 1936 alors qu'il est directeur de l'instruction publique. On peut voir dans ses Memorias do Carcere (1953, Mémoires de prison), dénonciation de la dictature de Getulio Vargas et libelle contre le retard culturel du pays, l'homologue brésilien de Souvenirs de la maison des morts, de Dostoïevski. Graciliano Ramos adhère en 1945 au Parti communiste et voyage alors en Tchécoslovaquie et en Union soviétique (Viagens, 1954).

Son œuvre ne relève cependant ni du roman prolétarien ni du roman régio [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : maître de conférences honoraire de littérature comparée, université de Paris-X-Nanterre

Classification

Autres références

«  RAMOS GRACILIANO (1892-1953)  » est également traité dans :

BRÉSIL - La littérature

  • Écrit par 
  • Mario CARELLI, 
  • Ronny A. LAWTON, 
  • Michel RIAUDEL, 
  • Pierre RIVAS
  •  • 12 484 mots

Dans le chapitre « De grandes œuvres romanesques »  : […] La publication de A Bagaceira ( Le Hangar où l'on jette les déchets de la canne à sucre, 1928), par José Américo de Almeida (1887-1980) marque le début d'une série de grandes œuvres romanesques, qui ont vu le jour surtout entre 1930 et 1945. Rachel de Queiroz (1910-2003), auteur de João Miguel (1932), Caminhos de pedra ( Chemins de pierre , 1937), As Três Marias (1939), est surtout connue po […] Lire la suite

NORDESTE LITTÉRATURE DU

  • Écrit par 
  • Mario CARELLI
  •  • 770 mots

Le Nordeste a été la région du Brésil la plus anciennement colonisée, Salvador de Bahia le premier siège du gouvernement colonial portugais dont la richesse économique provenait des moulins à sucre. La sédimentation ethnique et culturelle de cette vaste région, qui a été ultérieurement déclassée par celle des Mines Generales puis par l'axe Rio de Janeiro-São Paulo, explique en partie la variété de […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre RIVAS, « RAMOS GRACILIANO - (1892-1953) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 avril 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/graciliano-ramos/