LINS DO REGO JOSÉ (1901-1957)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Romancier brésilien, né dans l'État de Paraiba (Nord-Est), Lins do Rego fut un défenseur du régionalisme dans des essais et des ouvrages de critique, dont ses romans sont une illustration. Ceux-ci ont pour cadre le Nord-Est sucrier et couvrent une période qui va du déclin de la société patriarcale (forgée depuis le début de la colonisation portugaise) jusqu'aux premières décennies de ce siècle. L'auteur, se souvenant de son enfance dans la propriété de son grand-père et des histoires qu'on lui racontait alors, devient à son tour « conteur d'histoires », mélangeant, dans un style vivant, réalité et fiction, tel un « mémorialiste-fabulateur ». Sous l'influence de Gilberto Freyre, dont il fut l'ami, ses romans représentent une transposition de l'œuvre du sociologue dans le domaine de la création littéraire.

On distingue dans l'œuvre de Lins do Rego deux cycles et une production indépendante. Le « cycle de la canne à sucre » tout d'abord, dans lequel il retrace l'évolution parallèle d'un fils de seigneur et d'un descendant d'esclave : Fils de planteur (Menino de Engenho, 1932), Doidinho (1933), Bangüê (1934), Richard, le petit Noir (O Moleque Ricardo, 1935) et Le Moulin à sucre (Usina, 1936). Le « cycle du cangaço, du mysticisme et de la sécheresse » ensuite, dans lequel l'auteur relate les seules issues possibles pour l'homme pauvre du Nord-Est brésilien, face à la sécheresse et à la misère : la marginalisation par le cangaço (il devient alors « bandit d'honneur » : Cangaceiros, 1953) ou la marginalisation par le mysticisme, à travers les mouvements messianiques, nombreux dans l'histoire du « polygone de la sécheresse » (Pedra Bonita, 1938).

Parmi les romans indépendants, Feux éteints (Fogo morto, 1943), qui est considéré comme son chef-d'œuvre, raconte la décadence de la société patriarcale, avec l'extinction des feux d'un vieux moulin, qui fait place à l'usine moderne. En 1956, Lins do Rego publie ses mémoires, Mes Vertes Années (Meus Verdes Anos), son dernier livre.

—  Luiz FERRAZ

Écrit par :

Classification

Autres références

«  LINS DO REGO JOSÉ (1901-1957)  » est également traité dans :

BRÉSIL - La littérature

  • Écrit par 
  • Mario CARELLI, 
  • Ronny A. LAWTON, 
  • Michel RIAUDEL, 
  • Pierre RIVAS
  •  • 12 484 mots

Dans le chapitre « De grandes œuvres romanesques »  : […] La publication de A Bagaceira ( Le Hangar où l'on jette les déchets de la canne à sucre, 1928), par José Américo de Almeida (1887-1980) marque le début d'une série de grandes œuvres romanesques, qui ont vu le jour surtout entre 1930 et 1945. Rachel de Queiroz (1910-2003), auteur de João Miguel (1932), Caminhos de pedra ( Chemins de pierre , 1937), As Três Marias (1939), est surtout connue po […] Lire la suite

NORDESTE LITTÉRATURE DU

  • Écrit par 
  • Mario CARELLI
  •  • 770 mots

Le Nordeste a été la région du Brésil la plus anciennement colonisée, Salvador de Bahia le premier siège du gouvernement colonial portugais dont la richesse économique provenait des moulins à sucre. La sédimentation ethnique et culturelle de cette vaste région, qui a été ultérieurement déclassée par celle des Mines Generales puis par l'axe Rio de Janeiro-São Paulo, explique en partie la variété de […] Lire la suite

Pour citer l’article

Luiz FERRAZ, « LINS DO REGO JOSÉ - (1901-1957) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 juin 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/jose-lins-do-rego/