LIQUIDITY PREFERENCE AS BEHAVIOR TOWARDS RISK, James TobinFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le théorème de séparation

Outre son apport à la théorie keynésienne, cet article constitue une généralisation et une simplification importante de la théorie du choix de portefeuille de Harry Markowitz (colauréat du prix Nobel d’économie 1990). Dans un article de seulement 14 pages, intitulé simplement « Portfolio selection » (Choix de portefeuille) et publié en 1952 dans le Journal of Finance, Markowitz jette les bases d’une théorie normative des choix en matière de placements, fondée sur le principe de diversification. Il montre notamment qu'en investissant dans un grand nombre de titres « discordants », il est possible d'éliminer le risque spécifique à chacun d'entre eux (ne reste que le risque de marché lié aux facteurs économiques exogènes qui affectent tous les titres de la même manière – risque systématique), sans nécessairement sacrifier au rendement attendu. Les investisseurs ont, en outre, toujours intérêt à choisir l’une des combinaisons d’actifs, située sur ce que Markowitz appelle la « frontière efficiente » qui, pour un niveau de risque donné, maximise la rentabilité espérée, ou, à l’inverse, pour qui veut atteindre un rendement donné, minimise le risque. Ce portefeuille optimal, a priori différent pour chacun, est cependant difficile à déterminer en pratique (en théorie, il faut recourir au concept de fonction d’utilité de John Von Neumann et Oskar Morgenstern).

En faisant de la monnaie un actif à part entière, Tobin va considérablement simplifier ce problème. L’idée (révolutionnaire) est qu’il n’est pas nécessaire de construire des portefeuilles d’actifs risqués sur mesure. Il suffit d’identifier le portefeuille « super-efficient », celui pour lequel le rapport rentabilité/risque est maximum, et de l’offrir à tous les investisseurs, quelle que soit leur aversion vis-à-vis du risque. En effet, si ce portefeuille est trop risqué, il est toujours possible de conserver un peu plus de liquidités ; au contraire, si son rendement espéré est trop faible, il suffit de détenir toute [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  LIQUIDITY PREFERENCE AS BEHAVIOR TOWARDS RISK, James Tobin  » est également traité dans :

TOBIN JAMES (1918-2002)

  • Écrit par 
  • Bruno JETIN
  •  • 1 107 mots

Né en 1918 à Champaign (Illinois, États-Unis) et mort le 11 mars 2002 à New Haven (Connecticut), James Tobin explique sa passion pour l'économie par le souvenir de la grande dépression qui l'a profondément marqué durant son enfance. D'où sa volonté de mettre la réflexion théorique au service de la politique économique afin de lutter contre la pauvreté par la croissance et le plein-emploi. Étudian […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/james-tobin/#i_31775

Voir aussi

Pour citer l’article

Gunther CAPELLE-BLANCARD, « LIQUIDITY PREFERENCE AS BEHAVIOR TOWARDS RISK, James Tobin - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/liquidity-preference-as-behavior-towards-risk/