LEVANT ESPAGNOL

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Façade méditerranéenne de l'Espagne, entre la Catalogne au nord et l'Andalousie au sud, le Levant comprend les provinces de Castellón de la Plana, de Valence, d'Alicante et de Murcie. Les trois premières sont issues de l'ensemble historique du Reino de Valencia (royaume de Valence), fondé par la Reconquista aragonaise et catalane, et se distinguent par leur langue de Murcie, qui formait, avec la province intérieure d'Albacete, un royaume d'origine castillane.

Les paysages sont dominés par l'opposition entre le littoral, où alternent côtes rocheuses et basses plaines alluviales avec plages et lagunes (albuferas), et l'intérieur montagneux, où deux systèmes calcaires plissés entrent en contact. Au nord, les monts celtibériques dressent de hauts massifs, difficilement pénétrables, à plus de 2 000 mètres (sierra de Javalambre, Peña Golosa) au-dessus de plaines littorales étroites. Au centre, une zone intermédiaire de blocs soulevés (Caroche) et de hauts bassins (Requena), où s'encaissent les vallées de la Turia et du Júcar, offre des communications plus faciles avec la Meseta et laisse plus d'ampleur aux plaines du golfe de Valence, vaste zone de comblement alluvial derrière une côte régularisée. Elle est barrée au sud par les alignements sud-ouest - nord-est des chaînes prébétiques, qui s'avancent dans la Méditerranée au cap de la Nao, et dont les crêtes et blocs calcaires plissés dominent de hautes plaines et de vastes glacis d'érosion, annonçant le paysage qui se développe dans le « Sureste ».

Cette opposition entre plaines et montagnes recouvre en gros l'opposition entre cultures sèches (secano) et cultures irriguées (regadío) : le climat méditerranéen, de plus en plus sec vers le sud, et qui transforme les rivières côtières en de simples ramblas sans eau, a contraint l'agriculteur à une quête multiséculaire de l'eau (souvent communautaire). Les fleuves (barrages), les sources karstiques et les nappes phréatiques (norias et pompes) alimentent ainsi, dans les vallées et les plaines littorales (Mijares, Turia, Júcar, Vinalopó, Segura et Guadalentín), des huertas, où une masse de petits paysans pratique sur de faibles surfaces les cultures légumières et fruitières d'exportation dominées par les agrumes. Le Levant est le premier verger méditerranéen. Les hommes s'y sont regroupés dans de gros villages de plusieurs milliers d'habitants, donnant des densités parfois supérieures à 200 habitants au kilomètre carré. Plus de 80 p. 100 des exploitants doivent exercer une autre activité pour compléter leur revenu et faire appel à une main-d'œuvre saisonnière immigrée et bon marché. Les villes sont les centres de service et d'expédition des produits agricoles, en même temps que le lieu de résidence des grands propriétaires fonciers. Sur les collines et dans l'intérieur, le secano associe les céréales aux cultures arbustives, telles que l'olivier, l'amandier et surtout la vigne : partout présente, celle-ci produit des raisins de table sur la côte et des vins dans les vignobles de Requena-Utiel et de Jumilla-Yecla. L'agriculture conserve un rôle économique de premier plan.

L'industrie, loin d'être absente, est très inégalement répartie : sur le littoral, les grandes villes ont des activités liées au commerce et à l'agriculture, auxquelles s'ajoutent quelques industries de base (raffineries de pétrole, métallurgie, chantiers navals à Cartagène et céramiques à Castellón de la Plana), tandis qu'à l'intérieur certains centres sont restés ou devenus des foyers industriels actifs (Alcoy). Le tissu industriel est constitué à la fois de petites et moyennes entreprises spécialisées dans les biens de consommation, les biens intermédiaires et les industries connexes et de grandes entreprises multinationales. Le tourisme balnéaire est très important. La communauté autonome de Valence est l'une des principales destinations du tourisme national et étranger.

La province de Castellón (573 282 hab. en 2007), montagneuse et pauvre, ne se développe qu'au sud-est, dans la plana de sa capitale . Métropole régionale, Valence, qui comptait 805 304 habitants en 2006, est la troisième ville d'Espagne. Malgré les difficultés du marché des agrumes espagnols, elle est à la tête d'une des premières provinces par sa population et son activité économique (oranges, vins, riz, industrie). Dans les deux pr [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, maître assistant à l'Institut de géographie d'Aix-Marseille

Classification

Autres références

«  LEVANT ESPAGNOL  » est également traité dans :

ALICANTE

  • Écrit par 
  • Roland COURTOT
  •  • 182 mots
  •  • 1 média

Ville du Levant espagnol, Alicante, capitale de la province éponyme et deuxième plus grande ville de la communauté autonome de Valence (322 431 hab. en 2006), n'a bénéficié que tardivement des avantages que présente son site portuaire (promontoire fortifié du castillo de Santa Bárbara dominant une rade au sud du cap de Huertas), relié à l'intérieur de la Péninsule (Albacete et Madrid) par la vallé […] Lire la suite

HUERTA

  • Écrit par 
  • Roger BÉTEILLE
  •  • 499 mots

Le mot espagnol huerta vient du latin hortus , jardin ; c'est bien une agriculture jardinatoire qui caractérise d'ordinaire les plaines irriguées du pourtour de la Méditerranée. Leur importance est très variable : simples conques au débouché d'un torrent, petites plaines comme celle de Fondi entre Rome et Naples, grandes étendues alluviales. Le plus bel ensemble de huertas est celui du Levant esp […] Lire la suite

MURCIE

  • Écrit par 
  • Roland COURTOT
  •  • 217 mots
  •  • 1 média

Ancienne capitale du royaume chrétien de Murcie ( xiii e  s.), cette fondation musulmane s'est développée comme site de pont et de carrefour, mais surtout comme centre urbain d'une des grandes huertas de l'Espagne méditerranéenne, dans la basse vallée du Segura. Chef-lieu de la région de Murcie (11 317 km 2 et 1 392 117 hab. en 2007) qui est une communauté autonome, la ville s'est rapidement dév […] Lire la suite

VALENCE, Espagne

  • Écrit par 
  • Roland COURTOT
  •  • 451 mots
  •  • 1 média

L'ancienne capitale du reino de Valencia est aujourd'hui la troisième ville d'Espagne (805 304 hab. en 2006, agglomération 1 750 423). Située sur les rives du Turia, au passage de la grande voie de communication du littoral méditerranéen, au milieu de la huerta la plus connue de la péninsule par son ancienneté et sa juridiction (communautés et tribunal de las Aguas ), elle a longtemps eu comme ba […] Lire la suite

Pour citer l’article

Roland COURTOT, « LEVANT ESPAGNOL », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/levant-espagnol/