STEVENS LES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Le Chien et la mouche, J. Stevens

Le Chien et la mouche, J. Stevens
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Mademoiselle de Rohan, A. Stevens

Mademoiselle de Rohan, A. Stevens
Crédits : Bridgeman Images

photographie


Fils d'un marchand de tableaux, Joseph Stevens (1819-1892), peintre autodidacte né et mort à Bruxelles, est le frère aîné du peintre Alfred Stevens et du critique d'art Arthur Stevens. Il est l'un des premiers peintres du mouvement réaliste qu'on voit se développer, en Belgique comme en France, vers 1850. Il a traité un sujet privilégié, le chien, qu'il a étudié avec un sens de l'observation, un sens de l'analyse et un sens plastique exceptionnellement affirmés. « Un chien de Stevens ne s'isole ni de son monde ni du monde, il fait partie intégrante de la création. À l'image, à l'illustration, aux récits dans lequel il se trouve impliqué se superpose une atmosphère picturale où le petit côté des choses s'atténue jusqu'à disparaître » (P. Fierens). Baudelaire lui a dédié l'un de ses « petits poèmes en prose » consacré aux chiens dans Le Spleen de Paris.

Le Chien et la mouche, J. Stevens

Le Chien et la mouche, J. Stevens

photographie

Joseph STEVENS, Le Chien et la mouche, huile sur toile. Musées royaux des beaux-arts de Belgique, Bruxelles. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

Alfred Stevens (1823-1906) est un Parisien d'adoption que Verhaeren a comparé à Watteau. Il a donné au mouvement réaliste de la seconde moitié du xixe siècle l'une des formes les plus transparentes, sinon l'image spéculaire la plus cohérente, de l'idéologie de la classe dominante, symbolisée par la « re-présentation » de la femme élégante du second Empire, saisie dans la discrète familiarité d'un salon ouaté, parmi les objets qui parlent féminité, amour, modernité, mondanité. Producteur d'images délicates, « in-formées » par un solide métier classique et une technique saturée de subtilités, ce contemporain des Goncourt, auteur d'un essai, Impressions sur la peinture, est l'un des premiers peintres occidentaux à introduire le « japonisme » dans ses compositions : à ce titre, il peut être tenu pour l'un des précurseurs du modern style.

Mademoiselle de Rohan, A. Stevens

Mademoiselle de Rohan, A. Stevens

photographie

Alfred STEVENS, Mademoiselle de Rohan, huile sur toile. Galerie nationale, Le Cap, Afrique du Sud. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

—  Robert L. DELEVOY

Écrit par :

  • : directeur de l'École nationale supérieure d'architecture et des arts visuels, Bruxelles

Classification

Pour citer l’article

Robert L. DELEVOY, « STEVENS LES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-stevens/