ROSSELLINO LES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

La cathédrale de Pienza

La cathédrale de Pienza
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Palazzo Rucellai, Florence

Palazzo Rucellai, Florence
Crédits : K & B News Foto, Florence, Bridgeman Images

photographie

Saint Jean-Baptiste enfant, A. Rossellino

Saint Jean-Baptiste enfant, A. Rossellino
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Tombeau du cardinal de Portugal, A. Rossellino

Tombeau du cardinal de Portugal, A. Rossellino
Crédits : Bridgeman Images

photographie


Matteo di Domenico Gambarelli, originaire de Settignano, eut cinq fils qui se consacrèrent tous à l'architecture et à la sculpture. Deux d'entre eux sont à mettre au rang des artistes majeurs de la première Renaissance italienne.

L'aîné, Bernardo, surnommé Rossellino (1409-1464), fut surtout un architecte. Il fut successivement au service des papes Eugène IV, Nicolas V et Pie II. Nicolas V l'employa, en particulier de 1451 à 1453, comme ingegnere et le fit travailler aux fortifications du Vatican (torrione de Nicolas V) ; il lui demanda aussi un plan régulateur pour le Borgo (quartier de Rome sis entre le Tibre et la basilique Saint-Pierre), plan resté à l'état de projet mais qui inspira les travaux exécutés, plus tard, au temps de Sixte IV. À Pienza, ville construite par le pape Pie II à l'emplacement de la modeste bourgade de Corsignano où il était né, il put réaliser en partie (1460-1462) un modèle de cité idéale, fortement influencé par les théories d'Alberti, dont il avait peut-être été le collaborateur à Florence (palazzo Rucellai) et qui lui dédia son traité d'architecture De re aedificatoria. Même dans le domaine de la sculpture, l'œuvre de Bernardo Rossellino s'impose par la clarté de la composition et l'originalité de l'invention : ainsi à Arezzo, à la partie supérieure de la façade de l'oratoire de la Miséricorde (1433-1434), et surtout au tombeau de Leonardo Bruni, à Santa Croce de Florence (1446-1450) qui influença durablement la typologie des monuments funéraires italiens.

La cathédrale de Pienza

La cathédrale de Pienza

Photographie

Façade de la cathédrale, Pienza (Italie). Architecte : Bernardo Rossellino. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

Palazzo Rucellai, Florence

Palazzo Rucellai, Florence

Photographie

Palazzo Rucellai, Florence. Architecte : Bernardo Rossellino. La façade est attribuée à Leon Battista Alberti. 

Crédits : K & B News Foto, Florence, Bridgeman Images

Afficher

Il eut pour élève, puis comme collaborateur, son plus jeune frère Antonio (1427-1479) qui prit aussi le surnom de Rossellino. Sculpteur très habile, il excella surtout dans le travail du marbre. On lui doit quelques bustes (Matteo Palmieri, 1468, musée du Bargello, Florence) ; des sculptures religieuses (Saint Sébastien, 1457, église d'Empoli ; Retable de la Nativité, église de Monteoliveto, Naples ; Saint Jean-Baptiste enfant, 1477, pour le Dôme de Florence, aujourd'hui au Bargello) et surtout des monum [...]

Saint Jean-Baptiste enfant, A. Rossellino

Saint Jean-Baptiste enfant, A. Rossellino

Photographie

Antonio ROSSELLINO, Saint Jean-Baptiste enfant , 1477, marbre, hauteur : 35 cm. Pour la cathédrale de Florence, aujourd'hui au Bargello, Florence, Italie. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

  • : conservateur général chargé du département des Sculptures, musée du Louvre

Classification


Autres références

«  ROSSELLINO LES  » est également traité dans :

DESIDERIO DA SETTIGNANO (av. 1430-1464)

  • Écrit par 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 483 mots

Fils d'un tailleur de pierre, Desiderio est cité comme maître sculpteur dans un acte de 1453. Ses affinités avec Donatello sont évidentes mais, de 1432 à 1453, celui-ci est à Rome et à Padoue : c'est donc par des sculptures que l'influence de Donatello a pu s'exercer sur Desiderio, qui a certainement travaillé près de Bernardo Rossellino à Florence. L'évolution de Desiderio doit être retracée à pa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/desiderio-da-settignano/#i_283

Pour citer l’article

Jean-René GABORIT, « ROSSELLINO LES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-rossellino/