LES ENFANTS TERRIBLES, Jean CocteauFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrivain étincelant, capable de passer d'un genre à un autre avec virtuosité, comblé par les fées qui lui donnèrent pour parrain, dès l'adolescence, les comédiens De Max et Sarah Bernhardt, les écrivains Edmond Rostand et Anna de Noailles, célébré dans les salons comme l'enfant prodige d'une tradition où se croisaient la mode et l'avant-garde, Jean Cocteau (1889-1963) a souffert, de son vivant, de voir un masque d'arlequin frivole dérober la vérité profonde de son œuvre. Si l'on estime comme lui que les genres divers où il s'est illustré – théâtre, roman, graphisme, recueil poétique, confidences et jeux d'esprit, cinéma – relevaient tous de la poésie, peut-être voit-on mieux désormais où réside l'unité d'inspiration d'une œuvre que sa facilité maintint entre la gratuité du geste et le retour à un classicisme pouvant aller, comme dans Renaud et Armide (1943), jusqu'au pastiche racinien.

Le Train Bleu

Le Train Bleu

Photographie

Jean Cocteau (1889-1963), aux côtés de Sokolova, A. Dolin, Woizikovsky et B. Nijinska, interprètes du Train Bleu, opérette dansée, montée par Diaghilev, sur un argument de Cocteau, avec une musique de Darius Milhaud, et des costumes de Coco Chanel, à Londres en 1924. 

Crédits : Sasha/ Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Les Enfants terribles (1929), inspirés certainement par les souvenirs de son adolescence à Maisons-Laffitte où Cocteau est né, montrent comment s'entrecroisent les thèmes favoris du poète romancier, toujours partagé entre la provocation des situations, la tension paroxystique du drame psychologique et un formalisme qui se situe dans la tradition de la Princesse de Clèves (1678), de Mme de La Fayette.

Malgré et à cause d'une jeunesse prodige, Raymond Radiguet (1903-1923) allait faire figure de maître pour Jean Cocteau. C'est sous l'influence de ses deux romans, Le Diable au corps (1923) et Le Bal du comte d'Orgel (1924), que furent écrits Les Enfants terribles.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages






Écrit par :

Classification


Autres références

«  LES ENFANTS TERRIBLES, Jean Cocteau  » est également traité dans :

COCTEAU JEAN (1889-1963)

  • Écrit par 
  • Christian DOUMET
  •  • 2 382 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La passion du spectacle »  : […] À travers l'écriture, à travers le dessin, à travers la musique, ce qui porte Cocteau, c'est une attirance irrépressible pour le spectacle. Sa prose est images ; ses images fondent un langage et sa langue est musicale. Tout l'amenait naturellement au théâtre, et plus tard, au cinéma. Après la mort de Radiguet, en 1923, s'ouvre, avec Roméo et Juliette , la longue série des œuvres théâtrales. Œdipe […] Lire la suite

Pour citer l’article

Alain CLERVAL, « LES ENFANTS TERRIBLES, Jean Cocteau - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-enfants-terribles/