LES ADIEUX À LA REINE (B. Jacquot)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Benoît Jacquot est né à Paris en 1947. Cinéphile passionné par Fritz Lang, Mizoguchi ou Jacques Tourneur, il travaille très tôt dans le cinéma, aussi bien comme stagiaire sur des films commerciaux, que comme ami et proche collaborateur de Marguerite Duras (Nathalie Granger, India Song), ou réalisateur de documentaires, notamment sur Jacques Lacan (1974). Ses premiers longs-métrages, L'Assassin musicien et Les Enfants du placard, se placent sous le signe de Bresson et de Cocteau. À partir des Ailes de la colombe (1980), d'après le roman de Henry James, Benoît Jacquot alterne films de prestige (L'École de la chair, Sade, Tosca, Adolphe...) et réalisations plus intimes, où il révèle de jeunes actrices : Judith Godrèche (La Désenchantée), Virginie Ledoyen (La Fille seule), Isild Le Besco (À tout de suite). On lui doit également de nombreux films pour la télévision.

Les Adieux à la reine (2012), son vingtième long-métrage de cinéma, est une des plus grandes réussites d'un réalisateur qui aime partir d'une matière romanesque (Dostoïevski, Mishima, Benjamin Constant). Dès qu'il découvre Les Adieux à la reine, roman de Chantal Thomas (prix Femina 2002), il souhaite en faire un film. Mais le budget et les difficultés de tournage à Versailles retardent le projet d'une dizaine d'années.

Film et roman racontent trois journées décisives de l'histoire de France, entre les 14 et 16 juillet 1789. On assiste, heure après heure, aux effets de l'annonce de la prise de la Bastille et des rumeurs qui se répandent « en ce pays-ci », comme se désigne elle-même la Cour, du plus modeste serviteur au noble le plus titré. À la stupéfaction et l'incompréhension succèdent l'inquiétude, puis la panique. Petit à petit l'étiquette se défait. Versailles devient le reflet de la décomposition d'un monde que plus personne ne comprend ni ne maîtrise.

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : critique et historien de cinéma, chargé de cours à l'université de Paris-VIII, directeur de collection aux Cahiers du cinéma

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Joël MAGNY, « LES ADIEUX À LA REINE (B. Jacquot) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-adieux-a-la-reine/